Skip to content

Invocation de l’Imam Al-Hussein (as) à ‘Arafat

October 25, 2012

Invocation de l’Imam Al-Hussein (as) à ‘Arafat

le neuvième jour de Dhul Hijja

Invocation en arabe sous-titré en anglais

Invocation en arabe sous-titré en français

 

Et parmi les invocations connues pour ce jour, celle du Maître des martyrs, l’Imam al-Hussein (as) rapportée par Bishr et Bashîr, fils de Ghâleb al- Asadî qui dirent : Nous étions avec al-Hussein fils de ‘Ali (as), le soir de ‘Arafat (le 9e jour). Il (as) sortit de sa tente, humble, soumis et se mit à marcher lentement à petits pas. Il s’arrêta avec un groupe de gens de sa maison, ses fils et ses affranchis, sur le côté gauche de la montagne, face à la Maison (de Dieu).

Il (as) leva les bras devant son visage comme un miséreux qui demande à manger et dit :

Louange à Allah qui n’a pas d’objecteur à Son Décret, ni d’opposant à Son Don, et aucune œuvre d’un artisan n’est semblable à la Sienne,

 

Il est Le Généreux Donateur, IL a créé les espèces de créations originales et a fabriqué à la perfection Ses créatures par Sa Sagesse.

 

Les avant-gardes ne lui sont pas cachées ni les dépôts ne sont perdus chez Lui.

 

Il récompense tout artisan, enrichit quiconque se contente de peu, fait miséricorde à quiconque L’implore, fait descendre tout ce qui est bénéfique et le Livre rassemblant (tout), par la lumière éclatante.

 

Il est Celui qui entend les invocations, qui dissipe les peines, qui élève les degrés, qui réprime les oppresseurs.

 

Point de Dieu autre que Lui, rien ne L’égale, rien ne Lui ressemble et Il est Celui qui entend tout, qui voit tout, le Bienveillant, le Bien-Informé et Il est Puissant sur toute chose.

 

Mon Dieu, j’aspire à Toi et j’atteste que la Souveraineté est à Toi, persuadé que Tu es mon Seigneur et que vers Toi est mon retour.

 

Tu m’as commencé par Ta Bienfaisance avant que je ne sois quelque chose dont on fasse mention, Tu m’as créé de la terre,

 

Ensuite Tu m’as logé dans les lombes, à l’abri des vicissitudes du temps et de la variation des époques et des années.

 

Je suis resté me déplaçant des lombes à l’utérus, au fil des jours passés et des siècles écoulés (de génération en génération),

 

Tu ne m’as pas fait sortir, par Compassion envers moi, par Bonté pour moi et par Bienfaisance à mon égard, dans l’Etat des chefs des mécréants qui ont violé Ton Pacte, qui ont traité de menteurs Tes Messagers.

 

Mais Tu m’as fait sortir pour la voie juste qui m’a précédé, que Tu m’as facilitée et dans laquelle Tu m’as fait croître.

 

Et avant cela, Tu as été Bienveillant envers moi (en m’octroyant) une belle fabrication et de nombreux bienfaits.

 

Tu as commencé ma création à partir d’un spermatozoïde, puis Tu m’as logé dans trois ténèbres entre la chair, le sang et la peau,

 

Tu ne m’as pas pris à témoin de ma création et Tu n’as rien laissé me concernant en mon (pouvoir).
Ensuite, Tu m’as fait sortir pour la voie juste qui m’a précédé, dans ce monde-ci, étant complet et sain.

 

Tu m’as protégé alors j’étais un petit enfant, Tu m’as nourri de lait délicieux, Tu as attendri le cœur des nourrices sur moi, Tu m’as confié aux mères utérines,

 

Tu m’as protégé des malheurs des djinns et Tu m’as préservé des excès et de la privation.

 

Alors que Tu sois Exalté, ô Très-Miséricordieux, ô Tout-Miséricordieux !

 

Jusqu’au jour où lorsque j’ai commencé à parler, Tu as complété Tes Bienfaits répandus sur moi.

 

Tu m’as élevé en force (en croissance) chaque année jusqu’au jour où ma nature originelle (ma fitrat) fût achevée et ma sagacité arrivée à maturité,

 

Tu m’as imposé Ton Argument en m’inspirant Ta Connaissance, Tu as suscité en mon cœur l’admiration pour les merveilles de Ta Sagesse,

 

Tu m’as éveillé à ce que Tu as créé en belles créatures dans Ton ciel et Ta terre et Tu m’as avisé de Te remercier et de T’évoquer,

 

Tu m’as imposé de T’obéir et de T’adorer, Tu m’as fait comprendre ce que Tes Messagers ont amené avec eux, Tu m’as facilité l’obtention de Ta Satisfaction, Tu m’as comblé de tout cela par Ton Aide et Ta Bonté.

 

Ensuite, alors que Tu m’as créé de la meilleure argile, Tu n’as pas accepté pour moi un bienfait sans un autre,

 

Tu m’as prodigué différentes sortes (de moyens) de subsistance et de richesses par Ta Grâce immense et incommensurable pour moi ainsi que par Ta Bienfaisance éternelle à mon égard,

 

Au point que, tout en ayant achevé (de m’octroyer) l’ensemble des Bienfaits et écarté de moi tout mécontentement,

 

Mon ignorance ainsi que mon audace à Ton égard ne T’ont pas empêché de me signaler ce qui me rapprocherait de Toi ni de me faire parvenir ce qui me rendrait proche de Toi.

 

Car si je T’appelle Tu me réponds, si je Te demande Tu me donnes, si je T’obéis Tu me remercies,

 

Si je Te remercie Tu m’augmentes, tout cela, venant compléter Tes Bienfaits sur moi et Tes Bontés à mon égard.

 

Alors, Gloire à Toi, Gloire à Toi, ô Celui qui innove et qui recommence, ô le Très Loué, le Majestueux, Tes Noms sont sanctifiés et Ta Grâce est devenue grandiose.

 

Aussi, ô mon Dieu, lequel de Tes Bienfaits dénombrer ou évoquer ou pour lequel de Tes Dons te remercier,

 

Alors qu’ils sont, ô Seigneur, plus nombreux que ce qu’énumèrent ceux qui dénombrent, ou ce que connaissent ceux qui retiennent par cœur ?!

 

Et les maux et les calamités que Tu as écartés et repoussés de moi sont plus nombreux que la santé et le bien-être qui me sont apparus !

 

Et moi, j’atteste, ô mon Dieu, au nom de l’authenticité de ma foi, des nouages des déterminations de la certitude,

 

De la pureté et de la clarté de mon unicité, de la profondeur cachée de ma  conscience,

 

Des connexions des conduits de la lumière de ma vue, des traits de la face de mon front,

 

Des ouvertues perçantes de mon âme, des ailes tendres de l’arête du nez, des canaux du tympan de mes oreilles,

 

De ce sur quoi mes deux lèvres ont été rassemblées et appliquées, des mouvements de prononciation de ma langue, de la base du palais de ma bouche et de mes mâchoires, de la plantation de mes molaires,

 

Du canal par lequel je mange et je bois, de ce qui porte la mère de ma tête (l’enchépahle ou le tronc cervical), de l’accès des veines le long de ma nuque,

 

De ce que comprend l’enveloppe de ma poitrine, de ce qui porte mon artère aortique, de ce qui sert à suspendre le voile de mon cœur, des morceaux des bords de mon foie,

 

De ce autour de quoi plane l’épigastre de mes côtes, des cavités arrondies de mes articulations, de ce qui rassemble mes deux jambes, de l’extrémité de mes phalanges,

 

De ma chair et de mon sang, de mes cheveux, de ma peau, de mes nerfs, de ma charpente osseuse, de mes os, de mon cerveau, de mes veines, de l’ensemble de mes membre,

 

De ce qui a poussé pendant les jours où j’ai été allaité, de ce que la terre a porté de moi,

 

De mon sommeil et de mon éveil, de mon calme et des mouvements de mon inclination et de ma prosternation,

 

(j’atteste) que si j’essayais, si je m’efforçais de réaliser un remerciement pour l’un de Tes bienfaits, durant les ères et les époques en les ayant vécues,

 

Je ne le pourrais que par Don de Ta Part, ce qui m’obligerait à Te remercier à nouveau, (d’un remerciement) perpétuellement renouvelé, élogieux, imminent.

 

Et si je désirais, moi avec Tes créatures qui comptent, évaluer la quantité de Tes Bienfaits précédéents et antérieurs, je n’en ferais pas le tour ni en nombre ni en durée.

 

Hélas ! Comment n’en serait-il pas ainsi quand, Toi, Tu nous as informés, dans Ton Livre parlant et la Nouvelle sincère, que :

 

« Si vous vouliez compter les Bienfaits de Dieu, vous ne sauriez les dénombrer » (s. 14, v. 34), Ton Livre dit la vérité, notre Dieu, ainsi que Tes nouvelles.

 

Tes Prophètes et Tes Messagers ont transmis ce que Tu as descendu sur eux de Ta Révélation et ce que Tu as légiféré de Ta Religion pour eux et par eux,

 

Sauf que moi, ô mon Dieu, j’atteste de mon effort et de mon sérieux, de la limite de mes capacités et de ma force et je dis avec foi et certitude :

 

Louange à Dieu qui ne s’est pas donnée de fils qui hériterait de Lui,

 

Qui n’a pas d’associé dans Sa Royauté qui s’opposerait à Lui dans ce qu’Il a créé, ni de protecteur de l’humiliation, qui le soutiendrait dans ce qu’Il a fabriqué.

 

Gloire à Lui, Gloire à Lui, « s’il y avait une divinité dans les deux (le ciel et la terre), autre que Dieu, ils seraient corrompus » (s. 21, v. 22) et se briseraient !

 

Gloire à Lui, l’Unique, l’Un, l’Impénétrable, qui n’engendre pas et qui n’est pas engendré et rien n’est égal à Lui.

 

Louange à Dieu, d’une louange qui égale la louange de Ses anges proches et de Ses Prophètes-Messagers,

 

Que Dique prie sur la meilleure (de Ses Créatures), Mohammed, et sur sa famille, les saints, les purs, les sincères et qu’Il les protège !

 

Mon Dieu, fais en sorte que je Te craigne comme si je Te voyais, rends-moi heureux par ma piété à Ton Egard, ne me fais pas souffrir à cause de ma désobéissance à Toi,

 

Choisis-moi dans Ton Décret immuable, bénis-moi dans Ta Prédestination, au point que je n’aime pas l’anticipation de ce que Tu as retardé ni le report de ce que Tu as avancé !

 

Mon Dieu, place ma richesse au niveau de mon âme, la certitude dans mon cœur, la sincérité dans mes actes, la lumière dans ma vision, la clairvoyance dans ma religion,

 

Laisse-moi jouir de mes membres, fais en sorte que mon ouïe et ma vue soient mes héritiers,

 

Rends-moi victorieux contre ceux qui ont été injustes à mon encontre et montre-moi ma vengeance contre eux et mon dessein et que j’y trouve du plaisir.

 

Mon Dieu, dissipe mon chagrin, couvre mes parties intimes, pardonne-moi mes fautes, chasse mon démon, libère mes gages (paye mes dettes), donne-moi, ô mon Dieu, le degré élevé dans l’Au-delà et le Premier.

 

Mon Dieu, à Toi la louange pour m’avoir créé et m’avoir fait alors entendant et voyant,

 

Et à Toi la louange pour m’avoir créé et m’avoir fait une créature parfaite, par Miséricorde pour moi alors que Tu n’avais pas besoin de ma création.

 

Seigneur, par le fait que Tu m’as créé et que Tu as alors parfait ma nature profonde, Seigneur, par le fait que Tu as commencé ma création et que Tu as alors perfectionné ma forme,

 

Seigneur, par le fait que Tu as été Bienfaisant envers moi et que Tu as donné la santé à mon âme, Seigneur, par le fait que Tu m’as protégé et que Tu m’as fait réussir,

 

Seigneur, par le fait que Tu m’as comblé de bienfaits et que Tu m’as alors guidé, Seigneur par le fait que Tu m’as gratifié et que Tu m’as octroyé tout bien,

 

Seigneur, par le fait que Tu m’as nourri et que Tu m’as donné à boire, Seigneur, par le fait que Tu m’as enrichi et que Tu m’as comblé, Seigneur, par le fait que Tu m’as aidé et que Tu m’as chéri,

 

Seigneur, par le fait que Tu m’as couvert de Ton Voile pur et que Tu m’as facilité (les choses) par Ta Fabrication suffisante,

 

Prie sur Mohammed et sur la famille de Mohammed, et soutiens-moi contre les fléaux des époques et les infortunes des nuits et des jours,

 

Sauve-moi des affres de ce monde et des angoisses de l’Au-delà, préserve-moi du mal que font les oppresseurs sur terre.

 

Mon Dieu, de ce dont j’ai peur, préserve-moi, et de ce dont je me méfie, protège-moi, sauvegarde-moi dans moi-même et dans ma religion, protège-moi durant mon voyage, supplée à ma famille et à mes biens pour moi,

 

Comble-moi de Tes Bénédictions dans ce que Tu m’as donné, humilie-moi à mes yeux et grandis-moi aux yeux des gens,

 

Sauvegarde-moi du mal des djinns et des hommes, ne me confonds pas à cause de mes péchés,

 

Ne m’humilie pas à cause de mon for intérieur, ne me mets pas à l’épreuve à cause de mes actes, ne me retire pas Tes Bienfaits, ne me confie pas à un autre que Toi.

 

Mon Dieu, à qui mon confierais-Tu ? A un proche qui se coupera de moi ou à quelqu’un d’éloigné qui se mettra en colère contre moi, ou bien encore à ceux qui me méprisent, et Toi, Tu es mon Seigneur et le Maître de mon ordre ?

 

Je me plains auprès de Toi de mon dépaysement et de l’éloignement de ma demeure, ainsi que de mon humiliation devant celui à qui Tu as transféré l’autorité de mon ordre.

 

Mon Dieu, n’abats pas Ta Colère sur moi, car si Tu ne Te mets pas en colère contre moi, rien ne m’importe alors, Gloire à Dieu, excepté que Ton Salut/Santé est plus étendu pour moi,

 

Aussi, je Te demande, ô Seigneur, par la lumière de Ta Face, par laquelle la terre et les cieux ont brillé, les ténèbres ont été dissipées, l’ordre des premiers et des derniers a été arrangé,

 

De ne pas me faire mourir sous Ta Colère et de ne pas descendre Ton Courroux sur moi.

 

A Toi la concession, à Toi la concession jusqu’à ce que Tu sois Satisfait avant cela.

 

Point de divinité autre que Toi, Seigneur du pays d’al-Harâm (la Mecque), des stations sacrées et de la maison al ‘Atîq (la Ka’bah), sur laquelle Tu as descendu la Bénédiction et que Tu as rendu sûre pour les gens.

 

Ô Celui qui a pardonné les péchés très graves par Sa Mansuétude, ô Celui qui a comblé de bienfaits par Sa Faveur, ô Celui qui a donné l’abondance par Sa Générosité,

 

Ô Provision dans mon besoin, ô Compagnon dans ma solitude, ô Secours dans ma détresse, ô Maître de mon Bienfait,

 

Ô Mon Dieu et le Dieu de mes pères Ibrahim, Ismaïl, Isaac et Yaacoub,

 

Seigneur de Gabriel, Mikaïl et Isrâfîl et Seigneur de Mohammed, le Sceau des Prophètes, et de sa famille, les Elus,

 

Celui qui a descendu la Torat, l’Evangile, les Psaumes et la Loi (al-Furqan) et qui a fait descendre Ka – Ha – Yâ – ‘Âyn – Sâd – Ta-Ha, Yâ-Sîn et le sage Coran,

Tu es mon refuge lorsque les routes me fatiguent dans leur étendue, et que la terre devient étroite malgré son ampleur, et sans Ta Miséricorde, j’aurais été perdu,

Tu es celui qu ime relève de mes faux-pas, et sans Ta Dissimulation de mes (péchés), j’aurais été confondu,

Tu es mon soutien dans la victoire contre mes ennemis, et sans Ton Aide, j’aurais été vaincu.

Ô Celui qui s’est réservé la Grandeur et l’Elévation, aussi Ses Proches-Elus se glorifient-ils de Sa Gloire,

ô Celui qui a fait que les rois s’humilient devant Lui par crainte de Son Autorité,

Il connaît la perfidie des regards et ce qui est caché dans les coeurs et le mystère de ce qui arrive avec le temps et les époques.

Ô Celui que nul ne sait comment Il est sauf Lui, ô Celui que nul ne sait qui Il est sauf Lui, ô Celui que nul ne connaît ce quIl connaît sauf Lui,

ô Celui qui a pressé la terre sur l’eau, qui a limité l’air par le ciel, ô Celui qui a les Noms les plus nobles, ô Maître des Bienfaits qui ne se tarissent jamais,

ô Celui qui a dirigé la caravane vers Joseph dans le désert, qui l’a fait sortir du puits et l’a fait roi après l’esclavage,

ô Celui qui l’a rendu à Ya’coub après que (ce dernier) devint aveugle de tristesse tant il était oppressé par la douleur,

ô Celui qui a écarté le mal et le fléau d’Ayoub, qui a retenu les mains d’Ibrahim lors du sacrifice de son fils après qu’il fut devenu vieux et que les années se furent écoulées,

ô Celui qui a exaucé Zaccaria et lui a offert Yehyia et ne l’a pas laissé seul, isolé,

ô Celui qui a fait sortir Younès du ventre de la baleine,

ô Celui qui a fendu la mer pour Bani Israël, et les a alors sauvés tandis que Pharaon et ses soldats périrent noyés,

ô Celui qui a envoyé les vents annonciateurs de (la bonne nouvelle) devant Sa Miséricorde, ô Celui qui ne se hâte pas contre Sa créature qui lui a désobéi,

ô Celui qui a délivré les magiciens après une longue période d’abjuration, alors qu’ils étaient dans son Bienfait, mangeaient de Sa Richesse, adoraient autre que Lui et qu’ils L’avaient contredit, Lui avaient attribué un semblable et qu’ils avaient traité de menteurs Ses Messagers,

ô Dieu, ô Dieu, ô Celui qui commence, ô seul Novateur, point de semblable à Toi, ô Permanent, point de limite pour Toi, ô seul Vivant alors qu’il n’y a pas de vie, ô Celui qui donne la vie aux morts,

ô Celui qui se tient auprès de chaque homme comme témoin de ce qu’il fait,

ô Celui qui ne m’a pas privé bien que mon remerciement soit minime, qui ne m’a pas confondu malgré la gravité de mes fautes et qui ne m’a pas confondu malgré la gravité de mes fautes et qui ne m’a pas dénoncé bien qu’Il m’ait vu commettre les péchés,

ô Celui qui m’a protégé pendant mon enfance, ô Celui Qui m’a gratifié quand j’ai grandi, ô Celui dont les dons pour moi ne se comptent pas, dont les Bienfaits ne peuvent être remerciés (tant ils sont nombreux),

ô Celui qui s’est présenté à moi par le Bien et la Bonté et Auquel j’ai répondu par le mal et le péché, ô Celui qui m’a guidé vers la foi avant que je ne connaisse le remerciement pour Ses Bienfaits,

ô Celui que j’ai appelé et Qui m’a guéri (alors que j’étais) malade, Qui m’a habillé (alors que j’étais) nu,

Qui m’a rassasié (alors que j’étais) affamé, Qui m’a abreuvé (alors que j’étais) assoiffé, Qui m’a considéré (alors que j’étais) humilié,

Qui m’a appris (alors que j’étais) ignorant, Qui m’a multiplié (alors que j’étais) seul, Qui m’a ramené (alors que j’étais) absent,

Qui m’a pourvu (alors que j’étais) indigent, Qui m’a rendu victorieux (alors que je) demandais la victoire, Qui ne m’a pas privé (de Ses Bienfaits) (alors que j’étais) riche et Qui, lorsque je me suis abstenu de (demander) tout cela, a (pourtant) pris l’initiative (de me donner par Sa Faveur),

aussi à Toi la Louange et le Remerciement, ô Celui qui m’a relevé de mes faux-pax, qui a soulagé mes peines,

qui a répondu à mon appel, qui a dissimulé mes parties intimes, qui a pardonné mes péchés, qui m’a fait parvenir ma demande, qui m’a donné la victoire sur mon ennemi.

Si je faisais le compte de Tes Bienfaits, de Tes Dons et de Tes généreuses Gratifications, je ne le pourrais pas.

Ô mon Maître, c’est Toi qui combles de faveurs, c’est Toi qui dispenses les bienfaits, c’est Toi qui fais le bien,

c’est Toi qui embellis, c’est Toi qui améliores, c’est Toi qui parfais, c’est Toi qui pourvois à la subsistance,

c’est Toi qui donnes la réussite, c’est Toi qui donnes, c’est Toi qui enrichis, c’est Toi qui procures (les richesses),

c’est Toi qui abrites, c’est Toi qui suffis, c’est Toi qui guides, c’est Toi qui préserves,

c’est Toi qui dissimules, c’est Toi qui pardonnes, c’est Toi qui élèves, c’est Toi qui raffermis,

c’est Toi qui renforces, c’est Toi qui assistes, c’est Toi qui aides, c’est Toi qui soutiens,

c’est Toi qui portes secours, c’est Toi qui guéris, c’est Toi qui donnes la santé,

c’est Toi qui honores, c’est Toi qui es Béni et très Loué,

aussi à Toi la Louange toujours et à Toi les Remerciements continuellement, perpétuellement.

Ensuite, ô mon Dieu, c’est moi qui ai reconnu mes péchés, alors pardonne-les-moi,

c’est moi qui ai fait du mal, c’est moi qui ai fauté, c’est moi qui ai pensé à mal,

c’est moi qui ai ignoré, c’est moi qui ai été négligent, c’est moi qui ai été distrait,

c’est moi qui ai pris la décision, c’est moi qui ai prémédité, c’est moi qui ai promis,

c’est moi qui ai manqué (à ma promesse), c’est moi qui ai failli (à ma parole), c’est moi qui ai fait des aveux,

c’est moi qui ai reconnu Tes Bienfaits à mon égard et ai avoué mes péchés alors pardonne-les-moi,

ô Celui à qui les péchés de Ses serviteurs ne portent pas préjudie, qui n’a pas besoin de leur obéissance, qui fait réussir celui de Ses serviteurs qui agit bien avec Son Aide et Sa Miséricorde, aussi à Toi la Louange !

Mon Dieu et mon Maître, mon Dieu, Tu m’as ordonné et je T’ai désobéi, Tu m’as interdit (de faire quelque chose) et j’ai accompli ce que Tu m’avais interdit,

aussi, n’ai-je aucune excuse pouvant m’innocenter, aucune force me permettant de triompher.

Alors, avec quoi vais-je me présenter à Toi, ô mon Maître ? Avec mon ouïe, ma vue, ma langue ou ma main, ou encore avec mes pieds !

Ne sont-ils pas tous des Bienfaits chez moi que Tu m’as (accordés), et moi, au moyen de tout cela, je T’ai désobéi, ô mon Maître ? Alors, à Toi, l’argument et la voie pour me (châtier).

Ô Celui qui m’a protégé de la réprimande des pères et ddes mères, du déshonneur des tribus et des frères, des châtiments des tyrans,

s’ils avaient eu connaissance, ô mon Maître, de ce que Tu as vu de moi, ils ne m’auraient pas donné un délai mais m’auraient repoussé et se seraient séparés de moi.

Aussi me voici, ô mon Dieu, devant Toi, ô mon Maître, soumis, humble, oppressé, misérable, n’ayant aucune excuse pouvant m’innoncenter, ni aucune force me permettant de triompher, ni aucun argument me permettant de discuter,

ni aucune parole (me permettant) de me disculper ni d’un éventuel désaveu d’avoir accompli une mauvaise action.

Et si je le niais, ô mon Maître, comment cela me serait-il profitable alors que tous mes membres sont témoins contre moi de ce que j’ai fait.

De plus, je sais avec certitude, sans aucun doute, que Tu m’interrogeras sur les choses les plus grandioses,

que Tu es l’Arbitre, le Juste qui ne lèse pas, que Ta Justice est ma perte et (en même temps que) mon échappatoire de toute Ta Justice,

car si Tu me châties, ô mon Dieu, c’est du fait de mes péchés après (l’accomplissement) de Ta Preuve contre moi,

et si tu me pardonnes, c’est grâce à Ta Mansuétude, à Ta Libéralité et à Ta Générosité.

Point de divinité autre que Toi, Gloire à Toi, car j’étais au nombre des injustes.

Point de divinité autre que Toi, Gloire à Toi, car j’étais au nombre de ceux qui implorent Ton Pardon !

Point de divinité autre que Toi, Gloire à Toi, car j’étais au nombre des monothéistes !

Point de divinité autre que Toi, Gloire à Toi, car j’étais au nombre des apeurés !

Point de divinité autre que Toi, Gloire à Toi, car j’étais au nombre des effrayés !

Point de divinité autre que Toi, Gloire à Toi, car j’étais au nombre des confiants !

Point de divinité autre que Toi, Gloire à Toi, car j’étais au nombre des aspirants !

Point de divinité autre que Toi, Gloire à Toi, car j’étais au nombre de ceux qui déclarent “point de divinité autre que Toi” !

Point de divinité autre que Toi, Gloire à Toi, car j’étais au nombre de ceux qui sollicitent !

Point de divinité autre que Toi, Gloire à Toi, car j’étais au nombre de ceux qui célèbrent les louanges (de Dieu) !

Point de divinité autre que Toi, Gloire à Toi, car j’étais au nombre de ceux qui disent “Dieu est plus Grand” !

Point de divinité autre que Toi, Gloire à Toi, mon Seigneur de mes premiers pères !

Mon Dieu, voici mon éloge de Toi en Te glorifiant, ma sincérité pour T’évoquer en proclamant Ton Unicité et ma gratitude envers Tes Bienfaits, en les dénombrant,

même si je suis persuadé que je ne pourrais pas les compter tant ils sont nombeux, abondants et manifestes,

depuis les temps très anciens jusqu’à maintenant, lorsque Tu T’es engagé, dès les premiers moemnts où Tu m’as créé et m’as donné la vie jusqu’à maintenant,

à me préserver de la pauvreté, à écarter de moi le malheur, à m’assurer la facilité, à repousser de moi les difficultés, à me délivrer des calamités, à me donner la santé corportelle et le salut dans la religion,

et même si l’ensemble des mondes, des premiers aux derniers, venaient m’aider pour évoquer Tes Bienfaits, je ne le pourrais pas et eux non plus,

que Tu sois Sanctifié et Elevé, Seigneur Généreux, Sublime, Miséricordieux, Tes Dons ne (peuvent) être dénombrs, ni Ton Eloge atteint, ni Tes Bienfaits compensés,

prie sur Mohammed et la famille de Mohammed, achève sur nous Tes Bienfaits et rends-nous heureux par notre obéissance à Toi, Gloire à Toi, point de divinité autre que Toi !

Mon Dieu, Tu réponds à celui qui est dans la nécessité, Tu éloignes le mal, tu sauves celui qui est dans l’affection, Tu soignes le malade, Tu enrichis le pauvre,

Tu panses celui qui est brisé, Tu fais miséricorde au petit, Tu assistes le vieux,

il n’y a pas de soutien en-deçà de Toi, ni de puissant au-dessus de Toi, Tu es le Très-Elevé, le Très Grand.

Ô Celui qui libère l’entravé, le prisonnier, ô Celui qui pourvoit aux besoins du petit enfant, ô celui qui protège l’effrayé qui cherche asile, ô Celui qui n’a pas d’associé ni d’assistant,

prie sur Mohammed et la famille de Mohammed et donne-moi, ce soir,

mieux que ce que Tu as donné et accordé à quiconque de Tes serviteurs, en bienfaits distribués, engrâces renouvelées, en épreuves repoussées,

en calamités écartées, en appels entendus, en bonnes actions acceptées et mauvaises actions dissimulées,

car Tu es Bienveillant, Bien-Informé de ce que Tu veux, Puissant sur toute chose.

Mon Dieu, Tu es le plus Proche à être sollicité, le plus Rapide à répondre, le plus Généreux pour pardonner, le plus Enclin à donner, le plus (Attentionné) à écouter celui qui demande.

Ô le Tout-Miséricordieux de ce monde-ci et de l’Au-delà, le Très-Miséricordieux de ces duex mondes, personne n’est sollicité comme Toi et en nul autre que Toi, les espoirs sont placés.

Je T’ai appelé et Tu m’as répondu, je T’ai sollicité et Tu m’as exaucé, j’ai aspiré à Toi et Tu m’as fait Miséricorde, j’ai placé ma confiance en Toi et Tu m’as sauvé, je me suis réfugié vers Toi et Tu m’as défendu.

Mon Dieu, prie sur Mohammed, Ton serviteur, Ton Messager, Ton Prophète et sur l’ensemble de sa famille sainte et pure,

achève pour nous Tes Bienfaits, gratifie-nous de Tes Dons, inscris-nous au nombre de ceux qui Te sont reconnaissants et qui évoquent Tes Bienfaits, exauce-nous, exauce-nous, Seigneur des Mondes.

Mon Dieu, ô Celui qui a possédé et qui a alors mesuré, ô Celui qui a mesuré et qui a alors dominé, ô Celui qui a été désobéi et qui a alors dissimulé, ô Celui à qui on a demandé le pardon et qui a alors pardonné,

ô But de ceux qui demandent et de ceux qui désirent, ô Summum de l’espoir de ceux qui supplient,

ô Celui qui a englobé toute chose dans Son savoir et qui a inclus les repentants par Bonté, Miséricorde et Mansuétude,

Mon Dieu, nous nous adressons à Toi, durant cette soirée que Tu as honorée et magnifiée par Mohammed, Ton Prophète, Ton Messager, la Meilleure de Tes créatures,

Ton Fidèle dans Ta Révélation, l’Annonceur de la bonne nouvelle et l’Avertisseur, la Lanterne lumineuse, dont Tu as fait don aux Musulmans et que Tu as érigé en Miséricorde pour les mondes,

Notre Dieu, prie sur Mohammed et la famille de Mohammed, comme Mohammed en est digne,

ô Sublime, alors, prie sur lui et sur toute sa famille, les élus, les saints, les purs et couvre-.nous de Ton Pardon, car c’est vers Toi que s’élèvent les voix en différentes langues,

accorde-nous, notre Dieu, dans cette soirée, une part de tout bien que Tu partages entre Tes serviteurs,

une lumière par laquelle Tu nous guides, une miséricorde que Tu répands, une bénédiction que Tu fais descendre,

une santé/salut que Tu étends, une richesse que Tu déploies, ô le plus Miséricordieux des miséricordieux.

Notre Dieu, retourne-nous, en ce moment, ayant réussi, ayant remporté le succès, accepté et bénéficiant du butin,

ne nous fais pas perdre espoir, ne nous retire pas Ta Miséricorde, ne nous prive pas de ce que nous espérons de Ta Faveur,

ne nous place pas parmi les démunis de Ta Miséricorde, de ceux qui ont perdu espoir de recevoir ce qu’ils espèrent de Ton Don,

ne nous renvoie pas, égarés, chassés de Ta Porte, ô le plus Généreux des généreux, le plus Noble des nobles.

C’est vers Toi que nous nous sommes tournés avec assurnace et c’est Ta Maison sacrée que nous sommes venus visiter, alors, aide-nous dans (l’accomplissement) des rites (du Hajj) et parachève poru nous notre pèlerinage, pardonne-nous et sauve-nous (des péchés),

déjà, nous avons tendu vers Toi, nos mains marquées par l’humiliation de la reconnaissance (de nos péchés).

Notre Dieu, accorde-nous ce que nous T’avons demandé ce soir et suffis-nous dans tout ce que nous T’avons demandé de faire le nécessaire,

car nul ne nous suffit autre que Toi, il n’y a pas de Seigneur pour nous autre que Toi,

Ton règlement est exécutoire pour nous, Ton savoir nous englobe, Ton arrêt est justice pour nous.

Décrète pour nous le bien et place-nous parmi les gens de bien.

Notre Dieu, accorde-nous, par Ta largesse, une récompense grandiose et un trésor généreux, une aisance permanente et pardonne-nous tous nos péchés,

ne nous mène pas à notre perte avec ceux qui y sont, ne nous retire pas Ta Bienveillance et Ta Miséricorde, ô le plus Miséricordieux des miséricordieux.

Notre Dieu, place-nous, en ce moment, au nombre de ceux qui T’ont sollicité et à qui Tu as donné, qui T’ont remercié et pour qui Tu as augmenté Tes Dons,

qui sont revenus à Toi et que Tu as accueillis, qui se sont excusés de leurs péchés auprès de Toi et à qui Tu as pardonné,

ô Maître de la Majesté et de la Noblesse, notre Dieu, purifie-nous, dirigie-nous, accepte notre humilité.

Ô le Meilleur de celui qui est sollicité, ô le plus Miséricordieux de ceux à qui on demande miséricorde, ô Celui à qui n’échappe pas la fermeture des paupières ni l’observation des yeux,

ni ce qui est installé dans le for intérieur, ni ce qu’impliquent les secrets des coeurs. Et tout cela, Ton Savoir ne l’a-t-il pas déjà dénombré et Ta Mansuétude ne l’a-t-elle pas déjà contenu ?!

Gloire à Toi, Tu es Très-Elevé au-dessus de ce que disent les oppresseurs, d’une hauteur incommensurable !

Les sept cieux et les terres célèbrent Ta Louange ainsi que ceux qui y sont, et il n’y a rien qui ne célèbre pas Ta Louange.

Alors, à Toi la Louange, la Gloire et l’élévation suprême de la Dignité, ô Maître de la Majesté et de la Noblesse, de la Faveur, des Bienfaits et des Soutiens énormes, Tu es le Libéral, le Généreux, le Bienveillant, le Miséricordieux !

Mon Dieu, répands sur moi Ta Richesse licite, donne-moi la santé/salut au niveau de mon corps et de ma religion, rassure-moi de mes peurs, libère-moi (la nuque du feu) !

Mon Dieu, n’use pas de stratagème à mon encontre, ne m’entraîne pas progressivement (du fait de mes péchés), ne me trahis pas et écarte de moi le mal des djinns et des hommes corrompus.

Ô le plus Entendant de ceux qui entendent, ô le plus Voyant de ceux qui regardent, ô le plus Prompte de ceux qui font les comptes, ô le plus Miséricordieux des miséricordieux,

prie sur Mohammed et sur la famille de Mohammed, les nobles et bienheureux descendants du Prophète,

je Te présente, mon Dieu, mon besoin, qui, si Tu me le satisfais, ce dont Tu m’aurais privé ne m’aurait pas nuit, et si Tu m’en prives, ce que Tu m’aurais donné ne m’aurait pas été profitable,

je Te demande de me libérer (la nuque) du feu.

Point de divinité autre que Toi, uniquement Toi, point d’associé à Toi, à Toi la Royauté, à Toi la Louange, Tu es Puissant sur toute chose, ô Seigneur, ô Seigneur.

Mon Dieu, je suis l’indigent dans ma richesse, comment ne le serais-je pas dans ma pauvreté ?!

Mon Dieu, je suis l’ignorant dans mon savoir, comment ne le serais-je pas dans mon ignorance ?!

Mon Dieu, la diversité de Tes Arrangements et la rapidité des oscillations de Tes Mesures ont empêché Tes serviteurs les plu sversés dans la connaissance de Toi, de s’endormir sur le Don et de désespérer de Toi dans le malheur.

Mon Dieu, ce qui convient à ma bassesse (provient) de moi, et ce qui convient à Ta Générosité (provient) de Toi.

Mon Dieu, Tu T’es Toi-même attribué la Bienveillance et la Bonté à mon égard avant l’existence de ma faiblesse, vas-Tu m’en priver après la présence de ma faiblesse ?!

Mon Dieu, si de bonnes actions proviennent de moi, c’est par Ta Faveur et je T’en suis obligé, et si apparaissent de chez moi des mauvaises actions, c’est par Ta Justice et Tu as l’argument à mon encontre.

Mon Dieu, comment me confierais-Tu à d’autres alors que Tu T’es porté Garant pour moi, comment serais-je opprimé puisque Tu es mon Défenseur, comment serais-je déçu puisque Tu es Celui qui me fait bon accueil ?!

Me voici, me recommandant à Toi par mon besoin de Toi, et comment Te solliciter avec ce qui ne peut pas T’atteindre ?!

Ou comment me plaindre de ma situation auprès de Toi alors qu’elle ne T’est pas inconnue, ou comment expliquer mon propos alors qu’il est de Toi et qu’il T’est clair ?!

Comment mes espoirs seraient-ils déçus alors qu’ils Te sont présentés, comment mes états ne seraient-ils pas bons alors qu’ils se dressent en Toi ?!

Mon Dieu, comme Tu es Bienveillant avec moi malgré l’immensité de mon ignorance, comme Tu es Miséricordieux avec moi malgré la laideur de mes actions !

Mon Dieu, comme Tu es Proche de moi, comme je suis éloigné de Toi, et comme Tu es Bon avec moi, alrors qu’est-ce qui me voile de Toi ?!

Mon Dieu, j’ai su, (à partir) de la diversité de Tes Traces et des transformations des états, que ce que Tu veux de moi, est de Te faire connaître à moi dans toute chose, jusqu’à ne pas T’ignorer en quoique ce soit.

Mon Dieu, chaque fois que ma bassesse me rend muet, Ta Générosité me pousse à parler et chaque fois que mes attributs me désespèrent, Tes Dons me réconfortent.

Mon Dieu, celui dont les bonnes actions sont mauvaises, comment ses mauvaises actions ne seraient-elles pas mauvaises ?

Celui dont les vérités sont dénuées de tout fondement, commen ses allégations ne seraient-elles pas dénuées de tout fondement ?

Mon Dieu, Ton Jugement exécutoire et Ta Volonté impréieuse ne laissent aucun propos à celui qui tient des propos, ni aucune affaire à celui qui détient des affaires.

Mon Dieu, combien d’actes d’obéissance ai-je bâtis et combien d’états ai-je érigés dont Ta Justice a détruit le crédit et même dont Ta Faveur m’a démuni !

Mon Dieu, Tu sais, Toi, que si mon obéissance à Ton Egard n’a pas duré dans les faits de façon catégorique, par contre elle a duré en amour et en détermination.

Mon Dieu, comment (se) décider alors que Tu es l’Impérieux et comment ne pas (se) décider alors que Tu es le Commandant.

Mon Dieu, ma dispersion dans les traces implique l’éloignement du lieu de la Rencontre, alors concentre-moi sur Toi par un service qui me conduit à Toi !

Comment Te déduire par ce qui est, en son existence, dépendant de Toi ?!

Autre que Toi aurait-il une apparition que Tu n’aurais pas, de sorte qu’il soit, lui, celui qui Te fait apparaître ?!

Quand as-Tu disparu pour que Tu aies besoin d’un indice qui T’indique ?!

Quand T’es-Tu éloigné pour que ce soient les traces, elles, qui me conduisent à Toi ?!

Aveugle est l’oeil qui ne Te voit pas alors que Tu es son Gardien, perdante est l’affaire du serviteur à qui Tu n’as pas placé une part de Ton Amour.

Mon Dieu, Tu m’as ordonné de revenir aux traces alors ramène-moi à Toi, drapé de lumières et guidé par l’inspiration, afin de revenir à Toi (à partir) d’elles,

comme je suis entré vers Toi d’elles (les traces), le fin fonds de l’âme protégé du regard sur elles, l’ardeur (spirituelle) débarrassée du fait de compter sur elles car Tu es Puissant sur toute chose.

Mon Dieu, cette humiliation qui est mienne T’est apparente à Toi, et cet état qui est mien ne T’est point caché, je Te demane de me conduire à Toi,

et par Toi, je T’ai déduit alors guide-moi à Toi par Ta Lumière, fais-moi T’adorer avec sincérité devant Toi.

Mon Dieu, apprends-moi de Ta Science emmagasinée et protège-moi de Ton Voile protégé.

Mon Dieu, réalise-moi par les vérités de Tes Proches et fais-moi suivre la voie des exaltés (par Toi).

Mon Dieu, supplée mon intendance par Ton Intendance, et mes choix par Tes Choix et fais-moi m’arrêter aux centres où je me trouve dans la nécessité (de Toi).

Mon Dieu, fais-moi sortir de l’avilissement de moi-même et purifie-moi de mes doutes et de mon associationnisme, avant que je ne sois enterré.

C’est par Toi que je cherche la victoire, alors donne-la-moi, c’est sur Toi que je compte, alors ne me confie pas à d’autres, c’est Toi que je sollicite, alors ne me déçois pas,

c’est à Ta Faveur que j’aspire alors ne m’en prive pas, c’est à Toi que je me suis accroché, alors ne m’éloigne pas, à Ta Porte, je me suis posté alors ne me chasse pas.

Mon Dieu, Ta Satisfaction est sanctifiée pour avoir une cause venant de Toi, alors comment pourrait-elle être causée par une cause vnant de moi ?

Mon Dieu, Tu Te suffis à Toi-même, à l’abri de l’atteinte du profit venant de Toi, alors comment ne serais-Tu pas dans l’état de Te passer de moi ?

Mon Dieu, Ton Arrêt et Ta Mesure me font espérer mais mes passions m’ont rendu prisonnier des suppôts des désirs,

alors, sois pour moi mon Défenseur jusqu’à me donner la victoire et la clairvoyance et accorde-moi de Tes Faveurs jusqu’à ce que je Te dispense par Toi de mes demandes.

C’est Toi qui as illuminé les coeurs de Tes Elus jusqu’à ce qu’ils Te connaissent et T’aient unifié,

et Toi, Tu as fait disparaître les autres des coeurs de ceux qui T’aiment, au point qu’ils n’aiment plus que Toi et ne se réfugient qu’en Toi,

Tu es pour eux l’Ami Intime alors que les mondes les ennuient, c’est Toi qui les a guidés lorsque les signes leur devinrent manifestes.

Qu’a trouvé celui qui T’a perdu et qu’a perdu celui qui T’a trouvé ?

Déjà est déçu celui qui s’est contenté d’un autre que Toi et est perdu celui qui s’est détourné de Toi.

Comment espérer en un autre que Toi alors que c’est Toi qui arrêtes les bienfaits, comment demander à un autre que Toi alors que Tun’as pas changé (Ton) habitude de combler ?

Ô Celui qui a fait goûter à ceux qu’Il aime la douceur de Sa Compagnie, alors ils se dressent devant Toi, pour Te courtiser, ô Celui qui a revêtu Ses Proches-Elus de Son auguste Parure, alors ils se dressent devant Lui, pour implorer Son Pardon,

Tu es Celui qui se souvient avant ceux qui se souviennent, Tu es Celui qui prend l’initiative des Bienfaits avant que les serviteurs ne s’adressent à Toi,

Tu es Celui qui prodigue les Dons avant que les solliciteurs ne Te le demandent, Tu es le Donateur et pour ce que Tu nous as donné, Tu T’es placé en emprunteur.

Mon Dieu, demande-moi par Ta Miséricorde jusqu’à parvenir à Toi, attire-moi par Ta Grâce jusqu’à arriver auprès de Toi.

Mon Dieu, je n’ai pas cessé d’avoir espoir en Toi, même si je T’ai désobéi, de même ma crainte de Toi ne me quitte pas même si je T’ai obéi,

déjà les mondes m’ont poussé vers Toi et ma connaissance de Ta Générosité m’a fait me précipiter vers Toi.

Mon Dieu, comment être déçu alors que Tu es mon Espoir, comment être offensé alors que Tu es mon Support !

Mon Dieu, comment faire sentir ma puissance alors que Tu m’as établi dans l’humiliation et comment ne pas le faire alors que Tu m’as relié à Toi.

Mon Dieu, comment ne pas être dans le besoin alors que c’est Toi qui m’as logé parmi les indigents, et comment être dans l’indigence alors que c’est Toi qui m’as enrichi par Ta Générosité.

C’est Toi, point de divinité autre que Toi, qui T’es fait connaître à toute chose, aussi nulle chose ne T’ignore,

c’est Toi qui T’es fait connaître à moi dans toute chose, alors je T’ai vu Apparent dans toute chose et Tu es le Manifeste pour toute chose.

Ô Celui qui s’est maintenu par le fait de sa Miséricorde (Il s’est manifesté en tant que Miséricordieux), le Trône disparaissant dans Son Essence,

Tu as fait disparaître les traces par d'(autres) traces, Tu as effacé les autres (autres que Dieu, dans une différenciation par rapport à Dieu) par les atmosphères orbitales de lumières.

Ô Celui qui s’est voilé dans les tentes de Son Trône, empêchant les regards de L’atteindre,

ô Celui qui s’est manifesté par la plénitude de Sa Splendeur, Sa Sublimité se réalisant alors de la Maintenance,

comment (pourrais-)Tu disparaître alors que Tu es le Manifeste, ou comment (pourrais-)Tu T’absenter alors que Tu es l’Observateur, le Présent ?!

Car Tu est Puissant sur toute chose, Louange à Dieu, uniquement à Lui.

Ô Seigneur, mes péchés ne Te nuisent pas et Ton Pardon pour moi ne Te diminue pas, alors, donne-moi ce qui ne Te diminue pas et pardonne-moi ce qui ne Te nuit pas.

Dire également :

Mon Dieu, ne me prive pas du bien qui se trouve auprès de Toi à cause du mal qui se trouve chez moi,

et si Tu n’as pas pitié de ma fatigue et de mes difficultés, (au moins) ne me prive pas de la récompense de celui qui est touché par un malheur.

No comments yet

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s

%d bloggers like this: