Skip to content

Connaître Allah ‘azza wa jall

October 28, 2012

Connaître Allah ‘azza wa jall

 

1. Le fondement de la connaissance de Dieu Son Unicité………………………………………………. 2

2. Est-il permis de dire de Dieu qu’Il est « une chose » ?………………………………………………… 2

3. Le commencement de la religion/foi est  la connaissance de Dieu                                                        3

4. Peut-on voir Dieu ?…………………………………………………………………………………………………. 5

5. Les réfutations de Bahlûl*………………………………………………………………………………………. 6

6. Quelle preuve  as-tu de  l’existence d’un Créateur ?………………………………………………….. 7

7. Quelle preuve  as-tu qu’il n’existe qu’un seul Créateur ?…………………………………………… 7

8. Comment convaincre de l’Existence de Dieu ?…………………………………………………………… 7

9. Connaissance de Dieu par Lui-même……………………………………………………………………….. 8

10. Connaissance minimale de Dieu par Lui-même………………………………………………………. 9

11. Peut-on attribuer un temps à Dieu ?……………………………………………………………………… 9

12. Peut-on attribuer un lieu à Dieu ?……………………………………………………………………….. 10

13. Peut-on décrire Dieu ?………………………………………………………………………………………… 10

14. Comment peut-on décrire Dieu ? (1)……………………………………………………………………. 11

15. Comment Le qualifier ?……………………………………………………………………………………….. 12

16. Connaître Dieu par Ses Attributs…………………………………………………………………………. 13

17. Connaître Dieu par Ses Noms………………………………………………………………………………. 14

18. Ses Attributs et Ses Noms sont-ils Lui ? (1)……………………………………………………………. 15

19. Peut-on attribuer un corps ou une forme à Dieu ?………………………………………………… 16

20. Que veut dire que Dieu créa l’homme « à Son Image » ?………………………………………… 16

21. Les noms sont autres que Lui et Lui est autre que les noms                                                                 17

22. Dieu par rapport à Ses créatures…………………………………………………………………………. 19

23. Des Attributs Seigneuriaux de Dieu…………………………………………………………………….. 19

24. Des Attributs de Dieu – Louange à Dieu………………………………………………………………… 20

25. Affirmer Dieu…………………………………………………………………………………………………….. 21

26. Il est le Premier et le Dernier………………………………………………………………………………. 22

27. Dieu le Vivant…………………………………………………………………………………………………….. 23

28. Dieu le Très-Puissant (1)…………………………………………………………………………………….. 24

29. La Puissance de Dieu ne se mesure pas (2)…………………………………………………………… 25

30. Le Savoir de Dieu……………………………………………………………………………………………….. 25

31. La Volonté de Dieu et Son Savoir………………………………………………………………………….. 28

 

 

 

1. Le fondement de la connaissance de Dieu Son Unicité 

« Le premier acte d’adoration de Dieu Très-Elevé est Sa connaissance.

Et le fondement de la connaissance de Dieu est Son Unicité.

Le statut de l’Unicité de Dieu implique la négation des Attributs, de Lui,

en tant que les raisons attestent que tout attribut et tout qualifié sont créés,

en tant que tout qualifié atteste qu’il a un Créateur

Qui n’a pas de qualificatif ni n’est qualifié,

en tant que tout qualificatif et qualifié attestent de la concomitance

et en tant que toute concomitance atteste de l’incidence

et que l’incidence atteste de l’empêchement de l’Eternité

Qui est interdite d’incidence.

Ainsi, ce n’est pas Dieu

que connaît celui qui [prétend] connaître Son Essence par l’assimilation.

(…)

 

Il n’y a de pratique du culte qu’après la connaissance ;

Il n’y a de connaissance qu’avec la sincérité ;

Il n’y a pas de sincérité avec l’assimilation ;

Il n’y a pas de négation avec l’affirmation des attributs pour l’assimilation.

Aussi tout ce qui se trouve dans la création ne se trouve pas dans le Créateur.

Tout ce qui est contingent est interdit à son Créateur ;

Le mouvement et le repos ne lui sont pas appliqués ;

Et comment lui serait appliqué ce qu’Il a impulsé !

ou [comment] lui reviendrait ce dont Il est à l’origine !..

 

Extraits du Sermon sur l’Unicité

de l’Imam ar-Ridâ(p) devant Banî Hâshem

Uyûn Akhbâr ar-Ridâ, de sheikh as-Sadûq vol.1 pp135-137 H51

 

 

2. Est-il permis de dire de Dieu qu’Il est « une chose » ?

« Oui, répondit l’Imam Abû Ja‘afar ath-Thânî (al-Jawâd) (p),

[à condition de] de Le sortir des deux limites,

la limite de l’invalidité [l’impossibilité de Le connaître]

et celle de la ressemblance [Lui attribuer des qualités des créatures]. » Usûl al-Kâfî, vol.1 Kitâb at-Tawhîd, Bâb 24 H2 p137

 

« Car celui qui Le nie Le méconnaît,

rejette Sa Seigneurie et L’annihile

et celui qui L’assimile à autre que Lui,

L’affirme d’une qualité de créés, de façonnés

A qui ne revient pas la Seigneurie. »

expliqua l’Imam Abû ‘Abdallah (as-Sâdeq)(p) dans un autre propos rapporté sur « l’invalidité » (at-ta‘tîl) et la « ressemblance » (at-tashbîh). Usûl al-Kâfî, vol.1 Kitâb at-Tawhîd, Bâb 24 H6 p139

 

« La Louange est à Dieu !

Ceux qui parlent n’atteignent pas Sa Louange,

ceux qui comptent ne dénombrent pas Ses Bienfaits,

ceux qui sont assidus n’accomplissent pas Son Droit,

la perspicacité des visions ne Le saisit pas,

la profondeur des intelligences ne L’atteint pas.

Il n’y a pas pour Son Attribut de limite délimitée,

ni de qualificatif existant,

ni de temps compté, ni de terme étendu.

Il a créé les créations par Sa Puissance,

Il a répandu les vents par Sa Miséricorde,

Et Il a fixé, avec des rocs, le mouvement de Sa terre. »

du Prince des croyants,  l’Imam ‘Ali, fils d’Abû Tâleb(p) Début du 1er  Sermon de Nahja al-Balâgha (1)

 

3. Le commencement de la religion/foi est  la connaissance de Dieu

(Suite du 1er sermon de Nahja al-Balâgha (2))

 

« Le début de la religion/foi est Sa Connaissance,

Et la perfection de Sa Connaissance est Sa Corroboration,

Et la perfection de Sa Corroboration est de proclamer Son Unicité,

Et la perfection de Son Unicité est la Sincérité/Dévouement envers Lui,

Et la perfection de la Sincérité/Dévouement envers Lui est de nier de Lui les Attributs

Pour le fait que l’attestation de tout Attribut est autre que le Décrit,

Et l’attestation de tout Décrit est autre que l’Attribut.

Alors celui qui a décrit Dieu (qu’Il soit Glorifié) Lui donne un associé,

Et celui qui Lui donne un associé L’a dédoublé,

Et celui qui L’a dédoublé L’a fragmenté

Et celui qui L’a fragmenté L’a méconnu,

Et celui qui L’a méconnu L’a indiqué,

Et celui qui L’a indiqué L’a délimité,

Et celui qui L’a délimité L’a dénombré,

Et celui qui dit « dans quoi ? » L’a inclus,

Et celui qui dit « selon quoi ? » l’a laissé vide de Lui,

Entité non pas par incidence,

Existant non pas à partir du néant,

Avec toute chose sans assimilation,

Autre que toute chose sans séparation,

Agissant non pas dans le sens du mouvement et de l’instrument,

Clairvoyant alors qu’aucune de Ses créatures ne Le voit,

Esseulé, ne se familiarisant avec aucune quiétude ni ne désespérant de sa perte.»

du Prince des croyants,  l’Imam ‘Ali, fils d’Abû Tâleb(p)  

Début du 1er  Sermon de Nahja al-Balâgha(2)

 

« J’étais un Trésor caché, J’ai aimé à être Connu,

J’ai donc créé les créatures afin d’être Connu. »

Hadith Qudsî

 

 

4. Peut-on voir Dieu ?

L’Imam al Bâqer(p) fut interrogé sur la Parole de Dieu : {Les regards ne L’atteignent pas mais Il perçoit les regards}. (103/VI) Il(p) répondit :

« Les imaginations (awham) du cœur  sont plus précises que le regard des yeux.

Par/Avec ton illusion (wahem), tu peux connaître la région de Sind [au sud-ouest du Pakistan], l’Inde et les pays dans lesquels tu n’es jamais entré, mais tu ne les perçois pas de tes yeux.

Les imaginations du cœur  ne peuvent Le percevoir alors comment le regard des yeux ?!! »

Usûl al-Kâfî, vol.1 Kitâb at-Tawhîd, Bâb31 p152-153 H11 cité in L’Imam al-Bâqer(p) p76-77

Abd-Rahman fils d’Abû an-Najrânî interrogea l’Imam Abû Ja’far(p) sur l’Unicité de Dieu (le Très-Elevé), et lui dit : « Est-ce que tu imagines quelque chose ? ». L’Imam(p) lui répondit : « Oui ! [quelque chose] qui n’est ni conçu [par laraison] ni limité. Quoique tu aies imaginé à Son Propos, Il est Différent.  Rien ne Lui ressemble, et les imaginations ne Le perçoivent pas.

Comment les imaginations [pourraient] Le percevoir alors qu’Il est Différent de ce qui est conçu (par la raison) et Différent de ce qui est envisagé dans les imaginations.

Cependant, quelque chose est imaginé  qui n’est pas conçu (par la raison) ni limité. »

Usûl al-Kâfî, vol.1 Kitâb at-Tawhîd, Bâb24 p137 H1 cité in L’Imam al-Bâqer(p) p77

 

Un jour, l’Imam Abû Ja‘far al Bâqer(p) était assis dans la cour de la Ka‘bah quand arriva un homme qui lui demanda s’il(p) voyait Dieu.

« Je n’adorerais pas quelque chose que je ne verrais pas, lui répondit l’Imam(p). Il lui(p) demanda alors : « Comment Le vois-tu ? »Il(p) lui répondit : 

« Les regards ne Le perçoivent pas du regard des yeux, mais les cœurs Le voient par les vérités de la foi.

Il n’est pas connu par l’analogie, ni n’est perçu par les sens, ni n’est comparable aux gens, Décrit par les Signes et Connu par les Marques.

Il n’est pas Injuste dans son Jugement. Il est Dieu. Il n’y a de dieu que Lui. »

Usûl al-Kâfî, vol.1 Kitâb at-Tawhîd, Bâb31 p151 H5 cité in L’Imam al-Bâqer(p) pp77-78

 

 

 

5. Les réfutations de Bahlûl*

Cela se passait au temps de l’Imam al-Kâzhem(p). Alors qu’il(p) diffusait son savoir lumineux puisé à la source originelle, des savants égarés vinrent argumenter  avec lui(p), pour réfuter trois de ses dires.

La première chose était qu’ils contestaient le fait que Dieu ne pouvait pas être vu. Selon eux, il est impossible qu’une chose existe et soit invisible.

La seconde se rapportait au diable : selon les dires de l’Imam(p), Satan serait jeté dans l’Enfer des  Enfers qui le brûlera. Comment est-il possible que le feu brûle le feu, puisque Satan a été créé à partir du feu ?

La troisième chose concernait les actes des hommes. Selon les dires de l’Imam(p), l’homme est responsable de ses actes, dans la mesure où Dieu, le Très-Savant, le Très-Sage, l’a créé avec une raison, une volonté.. et il ne doit pas rejeter sur Dieu la responsabilité de ses péchés. Comment cela est-ce possible alors que c’est Dieu qui guide les hommes, et que c’est vers Lui que reviennent toutes les choses. De plus, ce serait, selon eux, nier l’Unicité de Dieu et Sa Seigneurie.

Bahlûl, présent, entendit leurs dires. Il se leva, prit un morceau de brique faite d’argile et le jeta sur l’un d’entre eux. Très en colère, ces savants se rendirent vers le roi Harûn ar-Rashîd, se plaignirent à lui qui fit arrêter Bahlûl. Ce dernier fut emmené devant Harûn.

Pour sa défense, il lui dit qu’il n’avait fait que répondre aux trois réfutations faites par les savants à l’Imam al-Kâzhem(p).

Et avant même de leur laisser le temps de réagir, il expliqua :

« Ces hommes disent que Dieu existant doit être visible. Maintenant, l’un d’entre eux se plaint d’une douleur à la tête à cause de la brique reçue. Peut-il nous montrer sa douleur et pourtant elle existe n’est-ce pas ? Comme sa douleur existe et nous ne la voyons pas, Dieu existe sans que nous Le voyions de nos yeux.

Ils disent également que le feu ne peut pas brûler Satan (Iblis) parce qu’il est de feu. Alors, comment a-t-il pu ressentir le coup de la brique d’argile ? L’homme n’est-il pas fait d’argile ? Et cette brique avec laquelle je l’ai frappé n’est-elle pas également d’argile ? Ainsi, si l’argile peut faire du mal à ce qui a été créé à partir d’argile, le feu peut aussi faire du mal et brûler ce qui a été créé à partir du feu.

Enfin, ils disent que les hommes ne sont pas responsables de leurs actes mais que c’est Dieu qui les fait. Alors, pourquoi veulent-ils me punir pour un acte que je n’ai pas fait ? Ce serait injuste ! Ils devraient s’en prendre à Dieu et rejeter la punition sur Lui, parce que, selon eux, Il est le seul responsable des actes des hommes ! »

*Abû Wahib Bahlûl fils de ‘Omar as-Sayrafî de son vrai nom, est un personnage très populaire, connu pour ses histoires avec Haroun ar-Rashîd. Malgré son apparence « de fou », il était en fait un grand savant religieux, et compagnon des deux Imams as-Sâdeq(p) et al-Kâzhem(p). Il serait mort autour des années 190H.

 

 

6. Quelle preuve  as-tu de  l’existence d’un Créateur ?

« Je me suis trouvé face à deux possibilités, pas plus : ou bien c’est moi qui l’ai créée [ mon âme] ou quelqu’un d’autre.

Si c’est moi qui l’ai créée, alors il y a deux possibilités : ou bien je l’ai créée et elle existait déjà avant, alors je n’ai pas eu besoin de la créer puisqu’elle était déjà présente ;

ou bien elle n’existait pas au préalable, et tu sais que du néant, il ne sort rien.

Alors j’ai prouvé le troisième sens qui est que j’ai un Créateur qui est le Seigneur des mondes. »

Réponse de l’Imam as-Sâdeq(p) à la question d’Abû Shâker ad-Disânî (un athée notoire de son époque) – At-Tawhîd de Sheikh Sadûq Bâb41 p290 H10  cité inL’Imam as-Sadeq(p) p153-154

 

 7. Quelle preuve  as-tu qu’il n’existe qu’un seul Créateur ?

« La continuité de l’arrangement et l’achèvement de la création. »

Réponse de l’Imam as-Sâdeq(p) à la question de  Hishâm Ibn Hakam (un des plus brillants disciples de l’Imam as-Sâdeq(p)At-Tawhîd de Sheikh Sadûq , p243 cité in L’Imam as-Sadeq(p) p139

 

 

8. Comment convaincre de l’Existence de Dieu ?

« Ne vois-tu pas que, si c’est comme vous dites [vous, les athées]  – et ce n’est pas comme vous dites – nous serons logés à la même enseigne ? Nos prières, nos jeûnes, nos Zakâts, nos déclarations ne nous nuiront pas. »

L’athée se tut.

« Mais si c’est comme nous disons  – et c’est comme nous disons –  alors ne  [vois-tu] pas que vous périrez misérablement et nous serons sauvés ? »

Après un temps, l’athée lui(p) demanda :  « Alors comment est-Il et où est-Il ? »

« Malheur à toi ! Là où tu vas est faux.  Il a fait le « où » sans « où » ; Il a fait le « comment » sans « comment ». Il n’est pas connu par le « comment » (kayfûfiyyah) ni par le « lieu » (aynûniyyah) Et Il n’est pas saisi par les sens ni n’est comparé à quelque chose. »

« Alors, Il n’est rien, en conclut l’athée, si on ne peut Le connaître par aucun des sens. »

« Malheur à toi ! Pourquoi nies-tu Sa Seigneurie quand tes sens ne peuvent pas Le connaître ? Nous, quand nos sens ne peuvent pas Le connaître, nous avons la certitude qu’Il est notre Seigneur  [en tant que Créateur et Gérant de ce monde], Différent de toute chose.

Réponse de l’Imam ar-Ridâ(p) à un  athée de son époque – Usûl al-Kâfî, vol.1 Kitâb at-Tawhid Bâb 23 H3 p134  – ‘Uyûn Akhbâr ar-Ridâ de Sheikh Sadûq , vol.1 Bâb11 p120 H28  cité in L’Imam ar-Ridâ(p) p190-191

 

9. Connaissance de Dieu par Lui-même

« Connaissez Dieu par Dieu, le Messager par le Message et le Détenteur de l’ordre (Ûlî al-Amr) par l’ordonnance du bien, de la justice et du bien. »

Le Prince des croyants(p)  – Usûl al-Kâfî, vol.1 Kitâb at-Tawhid Bâb 25 H1 p140

 

Un jour, à la question de savoir comment il a connu son Seigneur, le Prince des croyants(p)  répondit : « Par ce qu’Il m’a fait connaître de Lui-même.»

On lui demanda alors « Comment S’est-Il fait connaître à toi de Lui-même ? » Il(p) répondit :

« Aucune forme ne Lui ressemble, Il n’est pas senti par les sens ni n’est comparé aux gens. Il est Proche dans Son Eloignement et Loin dans Sa Proximité, Au-dessus de toute chose et rien n’est dit [être] au-dessus de Lui ; au-devant de toute chose et rien n’est dit [être] au-devant de Lui ; à l’intérieur des choses non pas comme une chose [qui serait] à l’intérieure d’une chose ; à l’extérieur des choses non pas comme une chose [qui serait] à l’extérieure d’une chose.

Gloire à Celui Qui est (Lui) ainsi et rien n’est ainsi autre que Lui et pour toute chose, il y a un commencement

Réponse du Prince des croyants(p)  – Usûl al-Kâfî, vol.1 Kitâb at-Tawhid Bâb 25 H2 p140-141

Si l’Imam(p) L’avait comparé à l’esprit, au corps, ou à la lumière pour Le connaître, il n’aurait pas connu Dieu par Dieu.

 

 

10. Connaissance minimale de Dieu par Lui-même

Quelle est la moindre connaissance de Dieu ? A cette question, l’Imam ar-Ridâ(p) répondit :

« La reconnaissance/déclaration qu’il n’y a pas de divinité autre que Lui, qu’Il n’a pas de semblable, ni d’égal, qu’Il est Eternel (sans commencement), Immuable, Présent, non pas disparaissant et que rien n’est comme Lui. »

Usûl al-Kâfî, vol.1 Kitâb at-Tawhid Bâb 26 p141 H1

Et à cette question : « Quelle est [la moindre connaissance] qu’il faut avoir sans laquelle la connaissance du Créateur ne serait pas suffisante », l’Imam al-Bâqer(p) répondit :

« Rien ne Lui est semblable ; Rien ne Lui est comparable ; Il est toujours Savant, Entendant, Voyant. »

Usûl al-Kâfî, vol.1 Kitâb at-Tawhid Bâb 26 p141 H2

 

 

11. Peut-on attribuer un temps à Dieu ?

A la question : « Quand Dieu était-Il ? », l’Imam al-Bâqer(p) répondit :

« Quand n’a-t-Il pas été pour que je puisse te dire quand Il fut. Gloire à Celui qui n’a pas cessé ni ne cesse d’être, L’Unique, le « Samed » , Qui n’a pas pris de compagne ni d’enfant. »

Usûl al-Kâfî, vol.1 Kitâb at-Tawhid Bâb 28 p143 (ou88) H1

Et par ailleurs :

« Malheur à toi ! On dit « Quand elle fut ? » d’une chose qui n’était pas. Mais mon Seigneur (qu’Il soit Exalté et Elevé) était et est toujours Vivant  sans comment, il n’y a pas pour Lui de « était » et il n’y a pas pour Lui de comment pour être ni de où.

Usûl al-Kâfî, vol.1 Kitâb at-Tawhid Bâb 28 p144 (ou88) H3

L’Imam as-Sâdeq(p) :

« [La question] « Quand Il fut ? » est pour ce qui n’a pas été et qui est depuis qu’il fut, alors qu’Il [Dieu] est (un Être) sans  [modalité d’] « Etre » Un « Être » qui est sans « comment » pour être ; comment y aurait-il pour Lui un avant ? Il est avant l’avant  sans fin, ni fin finale ni fin vers où se diriger ; les fins aboutissent à Lui ; Il est la Fin de toute fin. »

Usûl al-Kâfî, vol.1 Kitâb at-Tawhid Bâb 28 p145 (ou90) H6

 

 

12. Peut-on attribuer un lieu à Dieu ?

On demanda à l’Imam  al-Bâqer(p) :  « Est-ce que Dieu était et il n’y avait rien ? » L’Imam al-Bâqer(p) répondit : « Oui, Il était et il n’y avait rien. »« Alors, où était-Il ? » lui demanda-t-on. L’Imam(p) répondit :  « Tu poses une question concernant un endroit, alors qu’il n’y a pas d’endroit. »

Usûl al-Kâfî, vol.1 Kitâb at-Tawhid Bâb 28 p145 H7

Et par ailleurs : « Il n’y a pas pour Lui de « où » ; Il n’est pas « dans » une chose, ni « sur » une chose ; Et Il n’a pas créé de lieu comme « lieu » pour Son « Lieu ».

Usûl al-Kâfî, vol.1 Kitâb at-Tawhid Bâb 28 p144 H3

Et l’Imam as-Sâdeq(p) : « Il est en tout endroit et Il n’est pas en un endroit limité. »

Usûl al-Kâfî, vol.1 Kitâb at-Tawhid Bâb 30 p148-149 H9

Et l’Imam ar-Ridâ(p) : « Il a fait le « où » sans « où ».  »

Usûl al-Kâfî, vol.1 Kitâb at-Tawhid Bâb 23 p134 H3

 

 

13. Peut-on décrire Dieu ?

A la question : « Est-ce que Dieu [peut] être décrit ? »,

l’Imam as-Sâdeq(p) répondit : « Dieu ne [peut] pas être décrit et comment serait-Il décrit, alors qu’Il a dit dans Son Livre : {Ils n’ont pas mesuré [ou considéré] Dieu à Sa juste Mesure} (91/6 Les Troupeaux ) ? Il n’est pas décrit d’une mesure [ou d’une considération] qu’Il n’est plus Grandiose que cela ! »

Usûl al-Kâfî, vol.1 Kitâb at-Tawhid Bâb 32 p156 H11

 

Et ailleurs il(p) précise : « Dieu est plus Grand que d’être décrit ! »

Usûl al-Kâfî, vol.1 Kitâb at-Tawhid Bâb 38 p156 H8-9

 

l’Imam ar-Ridâ(p) répondit :  « Tu ne lis pas le Coran ?

– Si !

– N’as-tu pas lu Sa Parole : {Les regards des hommes ne L’atteignent pas, mais Il scrute les regards.} (v.103, s.Les Troupeaux VI)

– Si !

– Tu sais ce que sont les regards ?

– Oui !

– C’est quoi ?

– Le regard des yeux.

– Les conjectures des cœurs sont plus grands que le regard des yeux, les conjectures ne L’atteignent pas mais Lui connaît les conjectures. »

Usûl al-Kâfî, vol.1 Kitâb at-Tawhid Bâb 31 p152 H10

 

 

14. Comment peut-on décrire Dieu ? (1)

A la question de comment décrire Dieu, l’Imam as-Sâdeq(p) répondit :

« Très-Elevé est Dieu à Qui rien ne ressemble, et Il est Celui qui entend et qui voit, Très au-dessus de ce que décrivent ceux qui Le décrivent, qui Le comparent à Ses créatures, qui inventent à propos de Dieu.

Sache (que Dieu te fasse Miséricorde) que la voie juste dans l’Unicité est ce que le Coran a révélé en Attributs de Dieu Tout-puissant.

Aussi rejette de Dieu Très-Elevé l’invalidité [l’impossibilité de Le connaître] et la ressemblance [Lui attribuer des qualités des créatures].

Ainsi pas de négation ni de ressemblance.  Il est Dieu, l’Immuable, le Présent,  Dieu est Très au-dessus de ce que décrivent ceux qui Le décrivent.

N’outrepassez pas le Coran, car vous vous égarerez après la mise en évidence. »

Usûl al-Kâfî, vol.1, Kitâb at-TawhîdBâb32 pp153-154  H1

 

Et l’Imam ar-Ridâ(p) dit :

« Mon Dieu, je ne Te décris que par ce par quoi Tu Te décris Toi-même ; Je ne Te compare pas à Ta Création ; Tu es Digne de tout Bien, alors ne me place pas parmi les gens injustes. »

Usûl al-Kâfî, vol.1 Kitâb at-Tawhid Bâb 32 p154 H3

Et par ailleurs :

« N’outrepasse pas ce qu’il y a dans le Coran. »

Usûl al-Kâfî, vol.1 Kitâb at-Tawhid Bâb 32 p155 H7

 

L’Imam as-Sâdeq(p) dit à propos de l’Unicité :

« Dieu est Très-Grandiose, Très-Elevé, les serviteurs ne peuvent pas Le décrire ni atteindre l’Essence  [la Réalité] de Sa Grandeur ; Les regards ne Le perçoivent pas alors qu’Il saisit les regards Et Il est le Très-Subtil et le Très-Bien-Informé ;

Il n’est pas décrit par « comment », ni par « où », ni par « tel » ;

Et comment Le décrire par « comment » alors que c’est Lui qui a modulé le « comment » pour devenir « comment », de sorte que j’ai connu le « comment » en tant qu’Il l’a modulé pour nous (le « comment ») ?

Ou comment le décrire par « où », alors que c’est Lui qui a déterminé le « où » pour devenir « où », de sorte que j’ai connu le « où » en tant qu’Il l’a déterminé pour nous (le « où ») ?

Et comment Le décrire par « tel »,  alors que c’est Lui qui a déterminé le « tel »  pour devenir « tel », de sorte que j’ai connu le « tel » en tant qu’Il nous l’a déterminé (le « tel ») ?

Dieu, qu’Il soit Béni et Exalté, est à l’intérieur de tout lieu et à l’extérieur de toute chose.

Les regards ne Le perçoivent pas alors qu’Il saisit les regards.

Il n’y a de Dieu que Lui Le Très-Elevé, le Très-Grandiose Et Il est le Très-Subtil, le Très-Bien-Informé. »

Usûl al-Kâfî, vol.1 Kitâb at-Tawhid Bâb 32 p156 (ou p103) H12

 

 

15. Comment Le qualifier ? 

Interrogé sur  l’Unicité, l’Imam ar-Ridâ(p) répondit :

« Louange à Dieu, Créateur des choses par création [à partir de rien],les inventant par innovation par Sa Puissance et Sa Sagesse, non pas à partir de quelque chose sinon l’invention s’annulerait, ni par une cause sinon l’innovation s’annulerait.

Il a créé ce qu’Il veut comme Il veut. Unifié en cela pour faire apparaître Sa Sagesse et la réalité de Sa Seigneurie.

Les intelligences ne Le maîtrisent pas ni les conjectures ne L’atteignent, ni les regards ne Le saisissent. Aucune mesure ne L’englobe.

L’expression est impuissante à Le [décrire], les regards sont incapables de L’[atteindre], les déclinaisons des Attributs se perdent en Lui.

Il S’est Voilé, non pas caché par un voile, Il S’est Dissimulé, non pas masqué par un rideau.

Il est connu non pas par la vue et Décrit non pas par une image, Qualifié non pas par un corps.

Il n’y a de Dieu que Dieu, le Très-Grand, le Très-Elevé. »

Usûl al-Kâfî, vol.1 Kitâb at-Tawhid Bâb 33 p157 H3

 

 

16. Connaître Dieu par Ses Attributs

L’Imam as-Sâdeq(p) dit :

« Dieu Tout-Puissant est toujours notre Seigneur

et le Savoir est Son Essence et non pas du « su », [comme objet de connaissance]

l’Ecoute est Son Essence et non pas de l’« entendu », [comme objet d’écoute]

la Vue est Son Essence et non pas du « vu », [comme objet de vision]

la Puissance est Son Essence et non pas du « pu » [comme objet de pouvoir].

Quand les choses apparurent [furent créées] et qu’il y eut le « su »,

de Lui le Savoir est tombé sur le « su », [correspond au « su »]

ainsi que l’Ecoute sur l’ « entendu », la Vue sur le « vu »,

la Puissance sur le « pu ». »

Usûl al-Kâfî, vol.1 Kitâb at-Tawhid Bâb 34 p159 H1

 

L’Imam al-Jawâd(p) dit :

« [Dieu a été appelé Très-Entendant]

parce que rien ne Lui est dissimulé de ce qui est connu par l’écoute

et nous ne Le qualifions pas par l’écoute concevable dans la tête ;

Il en est de même en ce qui concerne le « Très-Voyant »

parce que rien ne Lui est dissimulé de ce qui est connu par la vue

en couleurs, en caractéristiques ou autres,

et nous ne Le décrivons pas par la vue du clin d’œil..»

Usûl al-Kâfî, vol.1 Kitâb at-Tawhid Bâb 38 p168 H7

 

 

17. Connaître Dieu par Ses Noms  

Dieu s’est fait connaître par des Noms qu’Il S’est choisis pour Lui-même.

 

Quelqu’un demanda à l’Imam ar-Ridâ(p) :

« Est-ce que Dieu Tout-Puissant Se connaissait Lui-même avant de créer la création ? »

Il(p) répondit : « Oui ».

« Il Se voit et S’entend ? » lui demanda-t-on.

 

L’Imam ar-Ridâ(p) répondit :

« Il n’avait pas besoin de cela parce qu’Il ne S’interrogeait pas ni ne Se demandait à Lui-même.

Il est Lui-même, et Lui-même est Lui. Sa Puissance est effective, Il n’a pas besoin de Se nommer Lui-même.  Mais il S’est choisi pour Lui-même des Noms pour autre que Lui pour qu’il L’appelle par eux ; parce que s’Il n’est pas Appelé par Son Nom, Il ne sera pas Connu.

Ce qu’Il S’est choisi alors en premier pour Lui-même est : « Le Très-Elevé, Le Très-Grandiose »,

parce qu’Il est Le plus Elevé de toutes les choses ; ainsi Son Sens est Dieu (Allâhu) et Son Nom, « Le Très-Elevé, Le Très-Grandiose » est le premier de Ses Noms,  Elevé au-dessus de toute chose. »

Usûl al-Kâfî, vol.1 Kitâb at-Tawhid Bâb 37 p165 H2

 

 

18. Ses Attributs et Ses Noms sont-ils Lui ? (1)

L’Imam as-Sâdeq(p) dit :

 

« Dieu  est Appelé par Ses Noms et Il est Autre que Ses Noms ;

Et les Noms(1) sont autres que Lui. » Usûl al-Kâfî, vol.1 Kitâb at-Tawhid Bâb 37 p166 H4

 

(1)En tant que « nom » créé, non pas en tant que Son Essence que ce nom indique.

 

A cette même question à savoir si Ses Attributs et Ses Noms sont Lui, l’Imam al-Jawâd(p) répondit :

« Ce propos  a deux aspects :

Si tu dis qu’ils sont Lui dans le sens qu’Il détient le nombre et la multitude,

Dieu est Très-Au-dessus de cela ;

Et si tu dis que ces attributs et ces noms sont depuis toujours,

on peut là aussi supposer deux sens à depuis toujours :

Si tu dis qu’ils sont depuis toujours avec Lui dans Son Savoir

et qu’Il les mérite, alors oui ;

Mais si tu dis que leur conception, leur épellation et le morcellement de leurs lettres

Sont depuis toujours,

Alors que Dieu [nous] préserve qu’une chose autre que Lui soit avec Lui.

Non ! Dieu (Allâh) était et il n’y avait pas de création. »

Usûl al-Kâfî, vol.1 Kitâb at-Tawhid Bâb 38 p168 H7

 

 

19. Peut-on attribuer un corps ou une forme à Dieu ?

On rapporta à l’Imam as-Sâdeq(p) les propos d’une personne disant que Dieu a un corps. L’Imam(p) répondit :

– « Malheur à lui !

Ne sait-il pas que le corps est limité, fini (a une fin) et que la forme est limitée et finie ?

S’il admet la limite, il admet alors l’augmentation et la diminution.

Et s’il admet l’augmentation et la diminution, alors Il serait créé. »

-« Alors qu’est-ce que je dis ? » lui(p) demandai-je. Il(p) répondit :

-« Pas de corps ni de forme !

Il est Celui qui donne corps au corps et qui donne forme aux formes.

Il ne s’est pas divisé, ne s’est pas achevé, ni n’a augmenté, ni n’a diminué.

S’Il était comme ils disent, il n’y aurait pas de différence entre le Créateur et le créé,

entre le Producteur et le produit.

Alors qu’Il est Celui qui produit.

Il s’est différencié de ce à quoi Il a donné un corps, de ce qu’Il a formé et produit ;

de sorte que rien ne Lui ressemble et qu’Il ne ressemble à rien. »

Usûl al-Kâfî, vol.1 Kitâb at-Tawhid Bâb 33 p158 H6

 

 

20. Que veut dire que Dieu créa l’homme « à Son Image » ?

On interrogea Abû Ja‘far (l’Imam al-Bâqer(p)) sur ce qu’ils rapportent que « Dieu créa Adam à Son Image ».

L’Imam(p) répondit :

« C’est une forme, advenue, créée. Dieu l’a choisie et l’a préférée à toutes les autres différentes formes. Il Se l’est alors attribuée à Lui-même comme Il S’est attribué la Ka‘bah à Lui-même et l’Esprit à Lui-même »

Puis il(p) cita :

{Ma Maison}(125/2 La Vache) et {J’y ai soufflé de Mon Esprit}(29/15 al-Hijr)

Usûl al-Kâfî, vol.1 Kitâb at-Tawhid Bâb 43 p184 H4

 

Des gens entrèrent chez Abû-l- Hassan (l’Imam ar-Ridâ(p)) et lui rapportèrent des propos disant que le Prophète Mohammed(s) a vu son Seigneur sous la forme d’un jeune homme parfait et ils commencèrent à lui(p) poser des questions sur des détails.

L’Imam(p) tomba prosterné pour Dieu et dit :

«  Gloire à Toi ! Ils ne T’ont pas connu et ne T’ont pas considéré comme Un, c’est pourquoi ils T’ont décrit. Gloire à Toi ! S’ils T’avaient connu, ils T’auraient décrit par ce par quoi Tu T’es Toi-même Décrit.

Gloire à Toi ! Comment se sont-ils prêtés à Te comparer à autre que Toi ! Mon Dieu ! Je ne Te décris que par ce par quoi Tu T’es Toi-même décrit et je ne Te compare pas à Ta création. Tu es « Digne » de tout bien alors ne me place pas parmi les gens injustes. »

Ensuite il(p) se tourna vers eux et dit :

« Quoique vous vous imaginez, imaginez Dieu autre que cela. »

Usûl al-Kâfî, vol.1 Kitâb at-Tawhid Bâb 32 p154 H3

 

 

21. Les noms sont autres que Lui et Lui est autre que les noms

Abû ‘Abdallah  (l’Imam as-Sâdeq(p)) dit :

« Le Nom de Dieu est autre que Lui.

Tout chose nommée par un nom est créée à l’exception de Dieu.

Quant à ce qu’expriment les langues et ce que font les mains, il est créé

et Dieu est un de ses buts (ou finalités).

Et Ce qui est Visé par le  but est autre que le but.

Le but est décrit et tout ce qui est décrit est fabriqué.

Celui qui fabrique [crée] les choses n’est pas décrit par une limite nommée.

Il n’est pas « constitué » pour que Sa « Constitution » [Son Entité] soit connue

par une fabrication d’autre que Lui !

Et Il n’aboutit pas à un but qui ne soit autre que Lui !

Ne s’égare jamais celui qui comprend cette règle qui est l’Unicité pure.

Alors prenez-la en considération, entérinez-la et comprenez-la

avec l’autorisation de Dieu !

Celui qui prétend connaître Dieu par un voile ou une image ou un exemple

est un associationniste,

parce que son voile, son exemple, son image est autre que Lui.

Lui est Un, Unifié.

Alors comment L’unifie-t-il celui qui prétend Le connaître par autre que Lui ?

Celui qui connait Dieu est celui qui Le connaît par Dieu.

Aussi, celui qui ne Le connait pas par Lui ne Le connait pas,

mais connait autre que Lui.

Il n’y a rien entre le Créateur et le créé.

Dieu est le Créateur des choses,

non pas [à partir] de quelque chose qui était au préalable.

Dieu est appelé par Ses Noms et Il est autre que Ses Noms

et les Noms sont autres que Lui. »

Usûl al-Kâfî, vol.1 Kitâb at-Tawhid Bâb 37 p165/6 H4

 

 

22. Dieu par rapport à Ses créatures

 

A propos de : « Dis : « Lui Dieu est Un » »

L’Imam as-Sâdeq(p) répondit :

« Dieu par rapport à Ses créatures est : Un, « Samed* », Perpétuel, Impénétrable* ;

Il n’a aucune ombre qui Le saisit et Lui saisit les choses par leurs ombres ;

Connaissant ce qui est inconnu, Connu auprès de tout ignorant ;

Unique/Sans pareil, rien de Sa Création n’est en Lui, ni Lui n’est dans Sa création ;

Il n’est pas saisi par les sens, ni touché, et les regards ne Le saisissent pas ;

Il s’est Elevé alors Il est Proche, s’est approché alors Il est Loin ;

Désobéi, alors Il pardonne, Obéi, Il remercie ;

Sa Terre ne L’enveloppe pas, ni Ses Cieux ne Le portent, Portant les choses par Sa Puissance ;

Permanent, Perpétuel ;

Il n’oublie pas, ne se distrait pas, ne se trompe pas ni ne joue ;

Sa Volonté  n’a pas d’interruption ;

Et Son Jugement est Sanction, Son Ordre Réalité ;

Il n’a pas engendré pour avoir un héritier, Ni n’est engendré pour avoir à partager ;

Et nul n’est égal à Lui. »

Usûl al-Kâfî, vol.1 Kitâb at-Tawhid Bâb 29 p146 H2

 

 

23. Des Attributs Seigneuriaux de Dieu

L’Imam ‘Alî(p) le Prince des croyants :

« Louange à Dieu qui pénètre les ordres cachés [=qui connait le fond des choses secrètes] Qu’indiquent les marques de l’apparition, Qui se refuse à l’œil de la vision   – aucun œil (de celui) qui [pourtant] ne Le voit pas Le nie, ni aucun cœur [raison] (de celui) qui L’affirme ne Le voit.

Il  [Dieu] précède dans l’élévation  alors rien n’est plus élevé que Lui. Il s’approche dans la proximité, alors rien n’est plus proche que Lui. Ni Son Elévation ne L’éloigne de quoique ce soit de Sa création, ni Sa Proximité ne les rend égaux à Lui dans le lieu.

Il n’informe pas les raisons sur la façon de déterminer Son Attribut, ni ne les voile [=empêche] de ce qui est une obligation de connaître de Lui. Il est Celui que les marques de l’existence attestent, contre la déclaration du cœur renégat.

Dieu est Très-Elevé au-dessus de ce que disent ceux qui font des comparaisons à Son Propos et de ceux qui Le nient, d’une très grande Elévation.»

Nahja al-BalâghaKhutbah 49 p149

 

24. Des Attributs de Dieu – Louange à Dieu

L’Imam ‘Alî(p) le Prince des croyants :

« Louange à Dieu qui indique Son Existence par Sa création, Son Eternité par l’incidence de Sa création, et le fait que rien ne Lui ressemble par la ressemblance de Sa [Création].

Les sens ne L’atteignent pas ni les voiles ne Le voilent du fait de la séparation du Fabriquant [du Créateur] du fabriqué, du Limitant du limité, du Seigneur du sujet.

L’Un, non pas en expliquant par un nombre ; le Créateur, non pas dans le sens d’un mouvement et d’une fatigue ; le Très-Entendant non pas par un outil ; le Très-Voyant non pas par la différenciation d’un instrument ; le Témoignant non pas par contiguïté ; le Distinct non pas par éloignement des distances ; l’Apparent non pas par une vision ; le Profond non pas par une subtilité.

Il S’est distingué des choses par la coercition sur elles et la puissance sur elles, et les choses se sont distinguées de Lui  par la subordination à Lui et le retour à Lui.

Celui qui Le décrit L’a limité ; celui qui Le limite L’a dénombré ; celui qui Le dénombre, a rendu nulle Son Eternité.

Celui qui dit « comment ?» Lui a attribué une qualification ; celui qui « où ?» Lui a donné un lieu.

Connaissant alors qu’il n’y a pas de connu, Seigneur alors qu’il n’y a pas de sujet, Puissant alors qu’il n’y a pas de « pu ».»

Nahja al-BalâghaKhutbah 152 p326-327

 

On interrogea Abû ‘Abdallah (l’Imam as-Sâdeq(p)) sur l’Unicité de Dieu.

Il(p) répondit :

« Il (Tout-Puissant) est Permanent, Présent, non pas périssable ni dénombré, ni n’ayant [= étant qualifié] des qualifications des choses créées.

Il (Tout-Puissant) a des Qualificatifs et des Attributs.

Ainsi les Attributs sont à Lui et leurs noms ont cours parmi les créatures, comme le « Très-Entendant », le « Très-Voyant », le « Très-Bon », le Très-Miséricordieux et autres de ce genre.

Ses Qualificatifs sont des qualificatifs de l’Essence et ne conviennent qu’à Dieu (qu’Il soit Béni et Exalté).

Dieu est Lumière dans laquelle il n’y a pas d’obscurité, Vie dans lequel il n’y a pas de mort, Savant dans lequel il n’y a pas d’ignorance, Impénétrable dans lequel il n’y a pas d’entrée.

Notre Seigneur à l’Essence lumineuse, à l’Essence vivante, à l’Essence savante, à l’Essence impénétrable. »

Bihâr al-Anwâr, vol.4 p68 H12, citant at-Towhîd de Sh. Sadûq p140 H4

 

25. Affirmer Dieu

Quelqu’un dit à Abû ‘Abdallah(p) (l’Imam as-Sâdeq) : « Tu as limité[Dieu] quand tu as affirmé Son Existence. »

L’Imam(p) répondit :

« Je ne Le limite pas mais je L’affirme.

Il n’y a pas entre l’affirmation et la négation de demeure [rapport]. »

Celui qui l’interroge lui dit : « Alors Il a une innéité et une quiddité ? »

L’Imam(p) répondit :

« Oui ! Une chose n’est prouvée que par une innéité et une quiddité

[en tant que Sa Quiddité est Son Innéité]. »

Celui qui l’interroge lui dit : « Alors Il a un « comment »  ? »

L’Imam(p) répondit :

« Non ! Parce que le « comment » est un aspect de la qualification

et de la compréhension (englobante).

Mais il est nécessaire de sortir de l’aspect de l’impuissance [à Le connaître]

Et de la ressemblance [aux créatures].

Parce que celui qui L’exclut, Le nie, rejette Sa Seigneurie et Le réduit à rien.

Et celui qui Le compare à autre que Lui,

L’affirme par une qualification des créatures,

des [choses] fabriquées qui ne méritent pas la Seigneurie.

Il est nécessaire d’affirmer une Essence sans comment,

qu’autre que Lui ne mérite pas,

qu’Il ne partage pas en elle,

qui n’est pas appréhendée de façon englobante,

qu’autre que Lui ne connait pas. »

Bihâr al-Anwâr, vol.10 p197-198, citant at-Towhîd de Sh. Sadûq

 

26. Il est le Premier et le Dernier

Ibn Abu Ya‘fûr  interrogea Abû ‘Abdallah(p) (l’Imam As-Sâdeq) sur la Parole de Dieu Très-Elevé {Il est le Premier et le Dernier}(3/57 Le Fer)et dit : « Quant au Premier, nous avons su, mais quant au Dernier, mets-nous en évidence son interprétation. »

L’Imam(p) répondit :

« Tout chose périt ou se transforme, est sujette au (« est pénétrée par ») changement et à la disparition, ou change de couleur, de forme, de qualité (en une autre), d’une augmentation vers une diminution ou d’une diminution vers une augmentation, à l’exception du Seigneur des mondes.

Car Il a toujours été et sera toujours selon un seul Etat.

Il est le Premier avant toute chose, et Il est le Dernier après ce qui demeure.

Les Attributs et les Noms ne diffèrent pas en Lui comme ils diffèrent en autre que Lui.

Par exemple l’homme : une fois il est terre, une autre chair et sang, et une autre fois [os] brisés ou pourris ;

comme la datte qui est parfois une datte (balah), parfois une datte non mûre (busr), parfois une datte mûre et fraîche (rateb) et parfois une datte sèche (tamer). Alors les noms et les attributs changent en elle alors que Dieu Tout-Puissant est Autre que cela. »

Usûl al-Kâfî, vol.1 Kitâb at-Tawhid Bâb 38 p167 H5

 

 

Et par ailleurs, Abû ‘Abdallah(p) (l’Imam As-Sâdeq) dit sur le même sujet :

« Le Premier non pas en tant que premier avant Lui ni en tant que début le précédant ; et le Dernier non pas en tant que fin comme il est compris des qualifications des choses créées, mais Eternel.

Premier, Dernier, qui a toujours été et qui ne disparaîtra jamais, sans début ni fin.

L’incidence ne Le touche pas et Il ne se transforme pas d’un état à un autre, Créateur de toute chose. »

Usûl al-Kâfî, vol.1 Kitâb at-Tawhid Bâb 38 p168 H6

 

27. Dieu le Vivant

L’Imam ‘Alî ar-Ridâ(p) dit, le tenant de ses pères(p), du Messager(s) de Dieu, expliquant les Noms de Dieu dont le « Vivant » :

 

«  Le Vivant est dans le sens qu’Il agit, qu’Il gère.

La mort ne Lui est pas permise ni la disparition.

Il n’a pas besoin de vie avec laquelle donner la vie.  »

Bihâr al-Anwâr, vol.4 p192-193 citant at-Towhîd de Sheikh Sadûq

 

L’Imam al-Bâqer(p) dit :

 

«  Dieu est Lumière, sans obscurité en Lui,

Savoir, sans ignorance en Lui,

Vie , sans mort en Lui. »

Bihâr al-Anwâr, vol.4 p84 H18

 

Un athée protesta contre la réponse donnée  par Abû ‘Abdallah  (l’Imam as-Sâdeq(p))  à sa question sur la provenance de la création des choses, disant qu’elle ne venait de rien : « Comment une chose viendrait-elle de rien ? »

L’Imam(p) répondit :

«  Les choses ne peuvent qu’être soit créées de quelque chose soit de rien.

Si elle  [une chose] est créée de quelque chose, elle serait avec elle.

Alors si cette chose est éternelle  – et l’éternel ne peut pas être advenu –

elle ne disparait pas ni ne change.

Cette chose ne peut qu’être une Substance unique et une Couleur unique.

Alors, d’où viennent ces différentes couleurs et ces multiples substances

présentes en ce monde par des voies diverses ?

Et d’où vient la mort si la chose de laquelle sont produites les choses est vivante.

D’où viendrait la vie si cette chose était morte ?

Il n’est pas permis à un vivant et à un mort d’être tous les deux éternels, ayant toujours été, parce que du vivant ne vient pas un mort alors qu’il est encore vivant ;

Et il n’est pas permis également que le mort soit éternel, qui a toujours été, en tant que mort, parce que le mort n’a pas de puissance ni de permanence. »

Bihâr al-Anwâr, vol.10 p166 citant al-Ihtijâj

 

28. Dieu le Très-Puissant (1)

Abû Ja‘far (l’Imam al-Bâqer(p)) dit :

«  Dieu ne se décrit pas. Et comment serait-Il décrit alors qu’Il dit dans Son Livre :

{Ils n’ont pas mesuré Dieu à Sa juste Mesure.} ?  (91/6 Les Troupeaux)

Alors Il n’est pas décrit d’une mesure qu’Il n’est plus Grandiose que [cette mesure]! »

Bihâr al-Anwâr, vol.4 Bâb 4 p142 H8 citant at-Tawhid de sh. Sadûq p127/8 H6

 

L’Imam Ja‘far fils de Mohammed as-Sâdeq(p) dit :

«  Celui qui compare Dieu à Sa création est un associationniste

et celui qui nie Sa Puissance est un incroyant.  »

Bihâr al-Anwâr, vol.4 p192-193 citant at-Towhîd de Sheikh Sadûq

 

Un athée dit à Abû ‘Abdallah  (l’Imam as-Sâdeq(p)) : « Si c’ (l’ordre) est comme tu dis, qu’est-ce qui L’ [Dieu] empêche d’apparaître à Ses créatures pour les appeler à Son adoration afin  que personne ne soit en désaccord ? Pourquoi S’est-Il voilé d’elles et leur a-t-Il envoyé des Messagers ? »

L’Imam(p) répondit :

«  Malheur à toi ! Et comment S’est  voilé à toi Celui dont tu vois la Puissance en toi ?!

Il t’a créé alors que tu n’étais pas ;

Il t’a fait grandir après ta petitesse ;

Il t’a renforcé après ta faiblesse ;

Il t’a affaibli après ta force ;

Il t’a rendu malade après ta santé ;

Il t’a soigné après ta maladie ;

Il t’a donné espoir après ton désespoir ;

Il t’a fait désespérer après ton espoir ;

Il t’a fait venir à l’esprit ce qui n’était pas dans ton imagination

Et Il a fait disparaître tes convictions de ton entendement.»

Bihâr al-Anwâr, vol.3 Bâb3 p42 H18 citant at-Tawhîd de Sh. Saddûq p127 H4

 

29. La Puissance de Dieu ne se mesure pas (2)

L’Imam ‘Alî(p) le Prince des croyants dit :

«  Ne mesure pas la Grandeur de Dieu (qu’Il soit Glorifié) selon la capacité de ta raison, sinon tu serais au nombre des perdus.

Il est le Puissant qui, si les imaginations se lancent pour connaître l’aboutissement de Sa Puissance, si la pensée, affranchie des idées passagères et des suggestions, essaye de Le connaître dans les profondeurs des mystères de Son Royaume céleste, si les cœurs s’enflamment vers Lui pour circuler dans le « comment » de Ses Attributs, et si les entrées des raisons s’enfoncent dans là où les Attributs ne L’atteignent pas pour atteindre le savoir de Son Essence, [Il]les repousse.

Ils parcourent les lieux dangereux des ténèbres des mystères, se purifiant vers Lui (qu’Il soit Glorifié), alors, ils reviennent quand ils sont confrontés, sachant : que l’Essence de la connaissance n’est pas atteinte par l’injustice du parcours sur les chemins écartés, que l’idée de la mesure de la Mesure de la Majesté de Sa Gloire  ne vient pas à l’esprit de ceux qui pensent. »

Nahja al-BalâghaKhutbah N° 91 p212/3

 

L’Imam ‘Alî(p) le Prince des croyants dit :

«  Tout puissant autre que Lui est humilié, tout fort autre que Lui est faible, tout possesseur autre que Lui est possédé, tout savant autre que Lui est instruit, tout capable/puissant autre que Lui peut et ne peut pas. »

Nahja al-BalâghaKhutbah N° 65  p163

 

                                                         30. Le Savoir de Dieu

Abû Ja‘far, l’Imam al-Bâqer(p) dit à propos du Savoir de Dieu :

« Dieu Tout-Puissant était alors qu’il n’y avait rien d’autre que Lui et Il était toujours Savant de ce qui sera. Son Savoir de cela était avant qu’il ne soit, comme Son Savoir de cela est après qu’il fut. »

Usûl al-Kâfî, vol.1 Kitâb at-Tawhid Bâb 34 p159 H2

 

Quelqu’un envoya à Abû-l-Hassan(p) (l’Imam ar-Ridâ) une invocation dans laquelle il écrivit : « Louange à Dieu, limite extrême de Son Savoir. »

Il(p) lui répondit par écrit :  « Ne dis pas « limite extrême de Son Savoir»  parce que Son Savoir n’a pas de limite. »

Usûl al-Kâfî, vol.1 Kitâb at-Tawhid Bâb 34 p159-160 H3

 

Ayûb fils de Nûh écrivit à Abû-l-Hassan(p) lui demandant si Dieu Tout-Puissant connaissait les choses avant de les créer (les choses) et de les constituer, ou bien s’Il ne les connaissait pas avant de les créer, de vouloir les créer et de les constituer, et s’Il a connu ce qu’Il a créé quand Il l’a créé et ce qu’Il a constitué quand Il l’a constitué.

Il(p) écrivit de sa main : « Dieu a toujours été Connaissant les choses avant de les créer (les choses), comme Son Savoir des choses est après les avoir créées (les choses). »

Usûl al-Kâfî, vol.1 Kitâb at-Tawhid Bâb 34 p160 H4

 

L’Imam ‘Alî ar-Ridâ(p) dit, le tenant de ses pères(p), du Messager(s) de Dieu :

« Dieu Tout-Puissant a 99 Noms.  Celui qui invoque Dieu de ces [Noms] est exaucé. Et celui qui les énumère entre au Paradis. »

 

Sheikh Sadûq(qs) se mit à expliquer les Noms de Dieu dont le « Très-Savant » :

 

« Le « Très Savant » signifie qu’Il est Très-Savant de Lui-même, Connaissant les secrets, ayant connaissance des consciences.

Aucune chose dissimulée ne lui est cachée, ni ne Lui échappe le poids d’un atome.

Il connait les choses avant qu’elles n’arrivent et après qu’adviennent leur secret et ce qui est public, leur apparence et leur profondeur ;

Et dans Sa (du Tout-Puissant) Connaissance des choses, d’un savoir différent de celui de la création, il y a une preuve qu’Il (qu’Il soit Béni et Exalté) est Différent dans l’ensemble de leurs sens.

Dieu est Savant pour Lui-même, et le Savant est celui dont l’acte est juste, catégorique, parfait.

Alors on ne dit pas qu’Il connait les choses par un savoir comme on n’affirme pas qu’il y a un éternel autre que Lui ,avec Lui.

Au contraire ! On dit qu’Il est une Essence Savante et il en est ainsi pour l’ensemble des Attributs de Son Essence. »

Bihâr al-Anwâr, vol.4 p193 citant at-Towhîd de Sheikh Sadûq

Le Prince des croyants(p) signale que le Savoir de Dieu s’étend jusqu’aux moindres détails :

 

« Il connait  le mugissement des bêtes sauvages dans les déserts,

les péchés des serviteurs/adorateurs dans les lieux solitaires,

la diversité des baleines dans les mers profondes,

le clapotis de l’eau par les vents tempétueux. »

Nahja-l-Balâgha, Sermon N°198 (ou 191) p448

L’Imam ‘Alî(p), le Prince des croyants, dit à propos du Savoir de Dieu :

« Le nombre des gouttes d’eau ne Lui est pas dissimulé

ni [celui] des étoiles du ciel et des grains de poussière soulevés par le vent dans l’atmosphère,

ni la marche de la fourmi noire sur le rocher lisse,Dieu le Très-Entendant, le Très-Voyant

‘Alî fils de Moussa, l’Imam ar-Ridâ(p) dit :

« Dieu (qu’Il soit Béni et Exalté) a toujours été Savant,

Puissant, Vivant, Eternel, Entendant, Voyant. »

 

On lui(p) dit : « Ô fils du Messager de Dieu, il y a des gens qui disent que Le  Tout-Puissant est toujours Savant d’un savoir, Puissant d’une puissance, Vivant d’une vie, Eternel d’une éternité, Entendant d’une écoute, Voyant d’une vue. »

Il(p) dit :

«  Celui qui dit cela et le professe, a pris une autre divinité avec Dieu

et il n’est en rien de notre allégeance. »

Puis il(p) ajouta :

«  Dieu Tout-Puissant a toujours été Savant, Puissant,

Vivant, Eternel, Ecoutant, Voyant pour Lui-même.

Il est bien Elevé au-dessus de ce que disent les associationnistes

et ceux qui comparent, d’une grande Elévation. »

Bihâr al-Anwâr, vol.4 p62  H1 citant ‘Uyûn Akhbâr ar-Ridâ

 

L’Imam al-Bâqer(p) dit :

«  Il est Unique, Un, Impénétrable (Samed),

aux  sens unifiés  (uniques) et non pas de plusieurs sens différents.  »

On lui(p) dit : « Que nous soyons en rançon pour toi(p). Des gens habitant en Irak disent  qu’Il entend par autre que ce qu’Il voit, et qu’Il voit par autre que ce qu’Il entend. »

Il(p) dit :

«  Ils mentent, diffament et font de la comparaison.

[Dieu] est  Très-Elevé au-dessus de cela.

Il est le Très-Entendant, le Très-Voyant,

Il entend par ce qu’Il voit

et Il voit par ce qu’Il entend.  »

Bihâr al-Anwâr, vol.4 p69  H14 citant at-Towhîd de Sheikh Sadûq p144 H10

 

 

31. La Volonté de Dieu et Son Savoir

Quelqu’un demanda à Abû ‘Abdallah(p) (l’Imam as-Sâdeq) : « Dieu est toujours Voulant ? »

L’Imam(p) répondit : « Le Voulant [murîd]n’est que pour le voulu [murâd]avec Lui.  Il [Dieu] est toujours Savant, Puissant, puis Il a voulu [arâda]. » Usûl al-Kâfî, vol.1 Kitâb at-Tawhid Bâb 36 p161 H1

 

L’Imam Abû Ibrahîm (l’Imam al-Kâzhem(p)) expliquait l’Unicité à ses compagnons : [Je L’unifie] « Comme [Dieu] (qu’Il soit Béni et Exalté) dit : {Sois et il est} par Son Vouloir [mashî’ati-hi], sans hésitation à l’intérieur de l’âme, « Samed* », Un. Il n’a pas besoin d’associé qui Lui rappelle Son Royaume  ni qui Lui ouvre les portes de Son Savoir. »

Usûl al-Kâfî, vol.1 Kitâb at-Tawhid Bâb 41 p176 H2 *Voir explication de ce mot dans la revue L.S. N°6

 

On demanda à Abû ‘Abdallah(p) (l’Imam as-Sâdeq) : « Le Savoir de Dieu et Son Vouloir sont deux [choses] différentes ou qui se correspondent ?»

L’Imam(p) répondit : « Le Savoir n’est pas le Vouloir [al-mashî’at]. Ne vois-tu pas que tu dis : «  Je vais faire cela si Dieu veut ». Et que tu ne dis pas : « Je vais faire cela si Dieu sait. » Ta parole : « Si Dieu veut » indique qu’Il n’a pas voulu. S’Il voulait, ce serait comme Il veut. Et le Savoir de Dieu précède le Vouloir [al-mashî’at]. » Usûl al-Kâfî, vol.1 Kitâb at-Tawhid Bâb 36 p162 H2

 

ni le lieu de repos des  larves de fourmi dans la nuit obscure.

Il connait le lieu de chute des feuilles

et les clignements cachés des yeux.. »

Nahja al-BalâghaKhutbah 178 p380

Dieu (Tout-Puissant) dit dans Son noble Livre :

{C’est Lui qui détient les clefs de l’Invisible. Nul autre que Lui ne les connaît. Et Il connaît ce qui est dans la terre et dans la mer. Aucune feuille ne tombe qu’Il ne la connaisse. Il n’y a aucune graine dans les ténèbres de la terre, rien de frais ou de sec, qui ne soit consigné dans un livre explicite.} (59/Les Troupeaux)

 

On demanda à Abû ‘Abdallah(p) (l’Imam as-Sâdeq) d’expliquer sa parole : «  Dieu a ordonné et Il n’a pas voulu ; Il a voulu et Il n’a pas ordonné. » Il répondit :

 

« Dieu a ordonné [=donné un ordre aux créatures] et n’a pas voulu

et Il a voulu et Il n’a pas ordonné  [dans le sens qu’] :

Il a ordonné à Iblis de se prosterner devant Adam

et Il voulait qu’il ne le fasse pas.

S’Il l’avait voulu, il se serait prosterné.

Il a interdit à Adam de manger de l’arbre et Il voulait qu’il en mange.

S’Il ne le voulait pas, il n’aurait pas mangé. »

Usûl al-Kâfî, vol.1 Kitâb at-Tawhid Bâb 48 p201-202 H3

 

Par ailleurs Abû-l-Hassan(p) (l’Imam al-Kâzhem) dit :

« Dieu a deux Volontés (irâdat) et deux Vouloirs (mashî’at),

une Volonté irrévocable et une Volonté résolution.

Il interdit et Il veut, Il ordonne et Il ne veut pas.

N’as-tu pas vu qu’Il a interdit à Adam et à sa femme de manger de l’arbre,

et Il le voulait [qu’ils en mangent].

S’Il ne voulait pas qu’ils en mangent,

leur volonté n’aurait pas pris le dessus sur le Vouloir de Dieu Très-Elevé.

Il a ordonné à Ibrahim d’égorger Isaac et Il ne voulait pas qu’il l’égorge.

S’Il le voulait, la volonté d’Ibrahim n’aurait pas pris le dessus

sur le Vouloir de Dieu Très-Elevé.»

Usûl al-Kâfî, vol.1 Kitâb at-Tawhid Bâb 48 p202 H4

 

No comments yet

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s

%d bloggers like this: