Skip to content

Description de l’Unicité divine (Tawhid) de l’Imam ‘Ali (as)

October 28, 2012

Les attributs de Allah et la Création des cieux, de la terre, des anges et de l’Homme.

 

Louange à Allah, dont la création révèle l’existence ! La contingence de la création manifeste son éternité, la ressemblance des créatures prouve qu’Il n’a pas de semblable.

Les sens ne sauraient le percevoir ni les voiles le cacher, vu la disparité entre l’Auteur et l’objet, le Limitateur et le limité, le Seigneur et le serviteur.

Unique sans conception numérale, Créateur, mais hors de toute notion de mouvement et de fatigue, Il entend sans organe, voit sans appareil visuel, témoigne sans contact. Il est éloigné, sans relâchement de distance, Apparent sans visibilité, l’Intrinsèque sans délimitation.

Il se distingue des objets en les subjuguant et en les dominant ; les ” créatures” se distinguent de Lui par leur soumission et leur dépendance.

Toute description de Allah le limite; toute limitation le dénombre, et tout dénombrement abolit son éternité.

Dire “Comment est-il?”, c’est essayer de le décrire ; se demander “Où réside-t-il”, c’est le circonscrire.

Il connaît sans être connu. Il est tout puissant et invulnérable

Grâce soit rendue à Allah, que nulle expression ne saurait glorifier, en dénombrer les bienfaits ou lui rendre l’hommage requis, ni les regards les plus profonds l’atteindre, ni les intelligences sonder son essence.

Son être n’a point de bornes, ni de qualificatif, ni de terme ou de fin déterminés.

Son Omnipotence a modelé les créatures. Sa miséricorde a répandu les vents; Il a consolidé la terre avec des rocs fermes.

Le commencement de la foi est connaissance de Allah, son couronnement est d’y croire, sa perfection est de proclamer son unicité: se dévouer à lui, c’est achever la foi en son unicité et rejeter toute multiplicité dans sa nature.

Toute multiplicité se dédouble, tout dédoublement est ignorance de la nature divine; toute ignorance est une désignation qui implique une limitation; qui dit limitation dit dénombrement.

Toute interrogation Lui fixant un lieu ou une forme est une négation de Allah.

Etre incréé, existant éternellement avec tout sans comparaison et hors de tout sans différence, Il sans notion de mouvement ni d’instrument, sans être vu de Ses créatures. Seul, Il ne s’attache à aucun lieu ni n’en regrette la perte.

Il a tiré l’univers du néant, l’a forgé de rien, sans effort intellectuel, ni expérience acquise, ni mouvement acté, ni hésitation ou préméditation.

Il fixa le terme des choses, en harmonisa les divergences, percevant leurs limites, leurs fins, leurs semblables et leurs aspects.

Puis Il dégagea les espaces, les distances, les voies et les cours cosmiques, et Il fit couler des eaux aux vagues houleuses et hautes; Il les fit charger sur les ailes des vents furieux et de la tempête déchaînée.

Puis Il ordonna aux vents de renvoyer les eaux, de les brider et de les dompter. L’air s’y livra passage et les eaux s’y déversèrent.

Il créa ensuite un vent stérile en permanence, violent, d’origine lointaine qu’il chargea de faire mouvoir l’eau haute, de soulever les vagues des mers. Ces vents agitèrent fortement les eaux, les dispersèrent dans l’espace et les remuèrent avec fougue.

Puis de ces vagues démontées et écumantes, élevées dans l’air libre et le Cosmos ouvert, il façonna sept cieux dont le plus bas est formé des vapeurs condensées des vagues et le plus haut d’un toit inaccessible et d’une voûte sublime qui flottent sans support ni jointures.

Il orna alors les galaxies d’astres et d’étoiles brillantes. Dans un firmament constellé et mouvant, Allah fit graviter un soleil éclatant et une lune scintillante.

Puis Allah dégagea les hauts cieux qu’il peupla d’anges de toutes catégories; les uns se prosternant sans s’agenouiller, d’autres s’agenouillant sans se dresser, d’autres en rangs impacts ou rendant hommage à Allah sans se lasser; ils ne sont pas assujettis au sommeil, à la distraction des esprits, à la lassitude des corps ou à l’inadvertance de l’oubli.

Les uns sont dépositaires et confidents de ses révélations, porte-parole auprès de ses messagers, exécutants de ses décrets et ordres; d’autres sont protecteurs de ses adorateurs, ou gardiens des portes des paradis.

Quelques-uns ont les pieds fixés loin dans les profondeurs des terres tandis que leur tête traverse le firmament supérieur; leurs corps émergent hors de tout espace; leurs épaules s’adaptent aux piliers du Trône.

N’osant fixer le regard sur le Trône, ils ont les ailes pliées autour, les voiles de la gloire et les rideaux de la puissance dressés entre eux et leurs inférieurs.

Ils ne conçoivent guère Allah sous une forme visible, ne lui appliquent aucunement les attributs contingents, ne les délimitent nullement et ne lui reconnaissent pas de pair.

 

Source : Nahjul Balagha

No comments yet

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s

%d bloggers like this: